Et oui, moi j’aime faire les bilans. Je sais pas pourquoi, j’aime les nombres, savoir combien de kilomètres, combien de dénivelés, combien de minutes de souffrance ou de plaisir ! et j’aime faire des récapitulatifs : tous les jours je tiens un carnet décrivant ma journée de la veille, à chaque fin du mois, le bilan du mois passé. Certains d’entre vous trouveront surement ça bizarre, moi des fois je trouve ça même inutile, mais je n’arrive pas à m’arrêter.

Et l’année 2017 a été quand même bien rempli, sportivement parlant. Malgré les petites blessures occasionnelles, malgré mes pieds tout bloqués et douloureux, je me rends compte que j’ai quand même bien profité.

bilan

Au départ, j’avais 2 principaux objectifs pour l’année : le premier était de participer au Trail de l’ile Rouge à Madagascar en juin. On y était déjà allé en 2015, mais le parcours a changé et ça a vraiment l’air magnifique. Le deuxième était de faire le Mahoraid, la traversée de Mayotte, environ 70km et 4000m+, normalement le premier week-end de mai. Je planifie donc mes premières courses en prévision de ce Mahoraid : les 28km du Belledonne Gelon Trail en février, le 45km du Trail de Vulcain en mars, des sorties plutôt longues ensuite et Inch’Allah pour le Mahoraid, tout au mental. Manque de pot, ils ont finalement déplacé ce Mahoraid de mai à août (et août ce n’était pas une bonne période pour aller à Mayotte, mes parents seraient sur le départ). Je suis donc contrainte d’abandonner l’idée du Mahoraid, mais l’envie est toujours là, j’irai un jour !

Janvier

2017 commence sportivement, après un petit réveillon en amoureux, j’avais envie d’aller dans la montagne pour bien commencer l’année. J’avais prêter ma voiture à Nata, donc on a décidé d’aller en vélo jusqu’à Bernex et de monter ensuite à la Dent d’Oche. Pas de bol, on était un peu en retard, la montée à Bernex a pris un peu de temps et on est un peu limite pour monter jusqu’à la fameuse Dent. On se replie sur l’itinéraire bis et s’arrête au col de Planchamps. Jolie balade pour bien commencer l’année. Et on continue, le 2 janvier, un petit tour de vélo jusqu’à Yvoire. Simple mais charmant.

Dent d'Oche, on arrive On se rapproche de la Dent

1er janvier en pays d'Oche

Puis quelques jours après, dans le cadre de mon boulot, j’ai l’occasion de visiter Tokyo. C’était vraiment sympa, j’étais au boulot de 9h à 18h, mais le matin j’en profitais pour faire un petit footing pour découvrir la capitale, même si c’est pas vraiment la nature, qu’il y a pas mal de pollution, de routes à traverser, de chemins à ne pas perdre. ça permet de découvrir la ville. Je pense que j’ai plus découvert Tokyo en 5 jours avec ces petits footings matinaux que quelqu’un qui se contente de faire les aller-retours hotel-travail et de suivre un guide pour aller au resto le soir.
Ensuite je finis le mois de janvier avec le Trail des Gabelous, dans le Jura avec Nata. Je prends une jolie 3ème place sur le 15km, et gagne un bon d’1kg de fromage que l’on ne réussira pas à récupérer à temps :-( une raison pour y retourner cette année !

A Tokyo

 Au centre de Tokyo Dans les jardins japonais

 

Trail de Mijoux

Trail blanc des Gabelous Soeurs et Traileuses !

 

Février 

En février, je découvre enfin le ski de rando avec une sortie avec le CAF. Mais je sens qu’il me faudrait quelques descentes en station pour être vraiment à l’aise lors des sorties de ski de rando. J’essaie aussi le ski de fond, en mode skating mais je me rends vite compte que mon mouvement n’est pas vraiment le bon, que mes genoux rentrent trop vers l’intérieur, que j’avance pas et me fatigue super vite. En fait, je crois que je ne suis pas trop faite pour le ski ! Mais c’est toujours bien d’essayer. Puis j’enchaine sur le Belledonne Gelon Trail que j’avais déjà fait en 2016, en compagnie de Julien et Max, deux potes de trail. En fait j’y vais surtout car j’adore les biscuits choco-noisette de la boulangerie bio de Belledonne qu’ils mettent sur les ravitos. Nan je déconne, c’est un très joli trail et un des seuls trails relativement longs (28km) pour la période. C’est censé être un trail blanc, mais ces dernières années, c’était plutôt un trail boue. Je me tape une gastro la semaine d’avant, je ne suis vraiment pas en forme et le prends en mode footing du dimanche sans jouer la compèt, et je décroche une 6ème place féminine.

Ski de rando en vallée d'Abondance

Ski de rando autour d'Abondance Ski de rando autour d'Abondance

Au Belledonne Gelon Trail

Belledonne Gelon Trail Recup' Hamac

Entre tous ces week-ends, la semaine, je continue mes petits footings de 8km au bord du lac côté Lausanne, soit à gauche en direction d’Ouchy, soit à droite en direction de la Venoge, en m’inventant des petites séances de 30-30, pyramide, 500m… Je fais au feeling, me dit "tient aujourd’hui, ça sera des 500m, autant que tu peux, minimum 4 !" Je vais aussi nager à la Cité de l'Eau, plus ou moins une fois par semaine, le week-end ou le soir. Je me fais des séances de PPG et de Compex.

Mars

N’empêche qu’en mars, je suis quand même inscrite sur ce 45km du Trail de Vulcain à Volvic. J’analyse le parcours, me dis qu’il va falloir partir tranquille pour être fraiche au moins jusqu’au 20ème kilomètre, mais je me suis un peu fais avoir par cette 3ème féminine juste devant moi, j’ai un peu trop tiré sur la machine, et les 10 derniers kilomètres ont été dans la souffrance, avec mon fameux mal de ventre, principalement dans les descentes. Je suis quand même contente d’avoir réussi à passer le pallier des 45km et d’être arrivé 4ème femme. Peut-être qu’en 2018, je franchirai celui des 50 ou 60km ! N’empêche qu’après Volvic, j’ai le pied bloqué pendant 2 semaines… Pas assez d’étirements me dit Geoffrey (mon ostéo, qui a force de m’avoir en consultation est devenu un ami !)

Topo Trail de Vulcain Trail de Vulcain enneigé

Au pays des Volcans Le Chablais en vélo

Ce pied bloqué me fait un mal de chien et me met à l’arrêt. Et je décide de me mettre au vélo de route. J’enchaine plusieurs sorties sur les hauts de Thonon : des petits tours à travers les communes du Lyaud, de Draillant, parfois je pousse un peu jusqu’à Bellevaux, col de Terramont et col de Cou, d’autres fois du coté du pays de Gavot : Féternes, Vinzier, parfois, jusqu’à Bernex. Je commence à aimer un peu le vélo. C’est pas aussi bien que la course à pied, mais c’est sympa quand même, ça permet de se vider la tête et ça sollicite moins les articulations. Pour profiter de l'arrivée du printemps, je fais quelques balades dans le coin avec Nata, comme les Hermones ou les Mémises.

Petite sortie aux Hermones Repos avec vue

Sur les Mémises

Avril

Début Avril, reprise des trails dans le coin, avec l’habituel trail des Glaisins à Annecy. L’an dernier on était 5 à le faire, cette année, il n’y a que Benjamin et moi. Et cette fois, il en profite pour rester avec moi, à me motiver parce que ce jour ci je n’avais vraiment pas de jambes au début. La forme s’améliore un peu en fin de course mais j’ai quand même souffert pour accrocher une 4ème place.

Trail des Glaisins à Annecy


Le week-end d’après, j’enchaine sur le Trail Chéran Semnoz des foulées de Gruffy, en mode balade, je pars tranquille et trouve une bonne forme, rattrape beaucoup de monde dans les derniers kilomètres le long de la rivière, j’ai vraiment apprécié, et accroche une 5ème place dont j’étais assez contente pour un trail footing après une soirée arrosée chez une copine la veille.

Trail Chéran Semnoz Trail Chéran Semnoz

Le week-end d’après, c’est Pâques ! ça veut dire 4 jours de week-end, le soleil printanier commence à pointer son nez, j’en profite pour me faire plaiz avec un bon week-end sportif et gourmand. Le vendredi, on commence tranquille avec un petit footing autour du Forchat avec Nata (17km, 900m+ en 2h30). Le samedi, un bon tour de vélo en passant par le col des Moises et Terramont (48km, 900m+), le dimanche, je me fais une belle balade sur la pointe de Tréchauffex et le tour du mont Ouzon (17km, 1450m+ en 4h) et le lundi, un joli tour de vélo au départ d’Annecy en passant par Thônes et Faverges. C’est ça qu’est bon.

Pâques au Forchat Pâques au balcon

Pâques à Tréchauffex Pâques à Annecy

On se repose pas, on enchaine le samedi d’après avec le Trail des Princes en Foulées à Seyssel (26.5km, 1450m+ en 3h30), en mode trail avec Nata, mais avec une petite accélération pour jouer le challenge de la montée sèche sur laquelle j’accroche une 3ème place.

Les Princes en Foulées J'adore ce genre de défi

Sans oublier la pizza Descente dans la vallée

Mai

En Mai c’est décollage pour les îles, 15 jours de vacances à Mayotte, pendant lesquels on profite une dernière fois d’un footing dans la malavoune de Mtsamboro, une montée au Choungi, un rando-footing aux Marches d’Acoua, le footing de base de Maman autour des 4 plages de M'tsamboro, puis deux jolies randos au Mont Bepilipili et au Dziani Bolé. C’est un peu avec tristesse que je dis une dernière fois au revoir à cette belle île française perdue et oubliée dans l’océan Indien. En rentrant, j’accumule la fatigue, mais m’aligne quand même sur l’Allingeoise. Manque de pot, si tout se passe bien pendant la course, mon pied gauche me lance violemment dès que mon corps se refroidit. En alerte, je vais pleurer auprès de Geoffrey, le supplie de me prendre en rdv et de me guérir avant le trail de l’île Rouge de Madagascar qui a lieu deux semaines après.

Run Aux marches d'Acoua A la queue leu leu Vue sur le Choungi depuis Bepilipili

Les magnifiques fonds marins de Mayotte Jolie raie Salut les dauphins

En famille sous les ylangs Seule sur la plage Mayotte entre soeurs

Vue sur la maison depuis le Dziani Bolé Choizil d'un bout Choizil de l'autre

Juin

Deux semaines de repos total avant de s’envoler à Madagascar, avec le doute de pouvoir participer ou non à mon trail fétiche. Jusqu’à la première épreuve, je suis dans le doute, j’ai mal dès que je teste ce pied sur quelques foulées. Mais au final, j’arrive quand même à courir la première épreuve, avec une gêne mais pas de réelles douleurs. La deuxième passe aussi. Quelques moments de gênes sur les suivantes, mais je réussis à boucler ce joli trail, en le courant plutot de manière découverte et non compétition, je reste avec Nata sur la moitié des épreuves (mais ça veut pas forcément dire qu’on est lente, elle commence à avoir un joli rythme ma grande soeur), prends le large sur les autres étapes mais sans me mettre vraiment dans le rouge. Au final je suis contente d’avoir réussi à courir mon trail sans trop trop aggraver la machine. Et quels paysages ! Les belles rizières des Hautes-Terres, la croisière de 3 jours le long de la Tsirihibine, la découverte des tsingys de Bemaraha et l'allée des baobabs...

Madagascar à 4 Les rizières de Betafo Le long de la Tsirihibine Avec les jolies enfants malgaches

En bonne compagnie Sur les rives de la Tsirihibine Les tzingys de Bemaraha dernier run

Coucher de soleil sur les baobabs

Et je décide de lever le pied pour la suite de l’été, mon objectif de l’année étant passé. C’est quand même un peu frustrant de devoir lever le pied dès mi-juin, mais je joue le jeu. Je me restreins à 1 seule sortie par semaine, et 1 trail par mois. Je ne mets aucune limite sur la natation et le vélo, donc je vais nager 2 ou 3 fois par semaine dans le lac qui commence à avoir une température exquis, et me fais une ou deux sorties vélo, un peu de PPG aussi.
Et je planifie mes sorties hebdomadaires. J’en ai qu’une alors je la prépare et la bichonne avec amour. Le dernier week-end de juin, je pars à la découverte du lac des Chambres et du lac de Vogealle, le GPS a surement dû un peu merdé parce qu’il affiche 22km pour 3100m+ (je pense plutôt avoir fait maxi 2500m+). En tout cas c’était une bien belle balade même si elle était un peu trop enneigée à mon gout du coté du lac des Chambres.

Lac de la Vogealle

Juillet

Premier week-end de Juillet, j’avais planifié une petite balade en amoureux sur deux jours. Au programme, le tour des Fiz, dans les réserves de Sixt et de Passy. Au départ je voulais qu’on bivouac, mais la météo a bousculé un peu notre logistique, je décide donc de réserver deux lits au refuge de Sales. On se fait donc une jolie balade sur deux jours malheureusement sous la pluie, mais on se connait, tant qu’on est dans la nature en mode un peu aventure, on est content (et surtout tant que j’ai le ventre plein). Encore un joli moment passé avec Benjamin…

joli pierrier Col de la Portelette

Cascade des Fiz

Le week-end d’après, j’essaie enfin de faire un jeûne. J’en avais déjà parler avec un nutritionniste, j’ai lu quelques trucs à propos de ça. Il y a des controverses c’est sur, c’est bien, c’est pas bien, on entend tout et n’importe quoi à ce propos. N’empêche que j’ai envie d’essayer. Donc je le fais, pendant 3 jours, je ne mange rien, et je le vis bien, j'en sors assez sereine, zen, un esprit sain dans un corps sain et dans un appart propre. Je bois seulement de l’eau et des tisanes. Coté sport, je lève forcément un peu le pied pendant ce week-end là, meme je fais quand même une petite baignade et une sortie découverte du coté de Bellevaux.

Le week-end d’après, (14 Juillet, fête nationale), c'est petite excursion du coté d’Annecy avec le tour du Parmelan (à chaque fois que j’allais à Annecy, j’avais envie d’y monter, ça c’est fait). Le soir, on se fait un petit resto dans Annecy puis un dodo sous la tente en haut du Semnoz avec un beau lever de soleil le lendemain matin. Je voulais enchainer samedi et dimanche, c’était sans compter une petite torsion de la cheville (Merci ma mécanique foireuse et mes nouvelles baskets Dynafit). J'ai une jolie boule à la cheville le dimanche matin donc tant pis pour le footing.On va pas se plaindre, trainer au soleil en regardant son mec jouer au foot et déambuler dans le marché d’Annecy, c’est sympa aussi.

Au Parmelan Vue du Parmelan

Lever de soleil au Semnoz Lever de soleil au Semnoz

Dernier week-end de juillet, week-end triathlon : une jolie balade trail que j’ai nommé Tour d’Oche, avec une montée express à la Dent en une heure, puis au Chateau, contournement par le lac du Darbon, chalets du Darbon, pour un retour par le Col de la Case : 17km, 1800m+ en 4h. (Et de nouveau la cheville qui se fait la malle…). Et je décide de m’inscrire sur la traversée Rive-Ripaille, une course de natation à Thonon le lendemain matin. Le lac n’était pas supposé être trop mouvementé, mais c’est raté, ça bouge franchement pas mal, je me tape un ou deux petits coups de panique mais réussi à me calmer et à prendre un rythme de façon à ne pas avaler toute l’eau du lac pendant les 1500m de course que je boucle en 33 minutes (Je ne suis pas dernière, c'est le principal). Puis, parce que j’en ai pas assez et que j’ai vraiment besoin de réfléchir et de me vider la tête ce jour là, je prends le vélo et me fais une jolie balade l’après-midi (Neuvecelle, route de Thollon, Saint-Paul)

Dent d'Oche en 1h !

En pays d'Oche Vue sur le pic Borée

Lac du Darbon depuis le Château d'Oche Lac de la Case et Chateau d'Oche

Traversée Rives-Ripaille


Pour finir le mois de Juillet en beauté, mon trail du mois sur lequel je ne me serais pas inscrite si j’avais su car il n’est pas de tout repos. Mais j’étais inscrite alors autant y participer ! La Leysin 30 du Montreux Trail Festival : 33km, 2000m+ mais surtout 3000m- au départ de Leysin, pour rejoindre Montreux. Superbe course avec des sensations vraiment positives, je me sens bien, la cheville tient, le ventre aussi, et j’accroche une belle 47ème place au scratch et  4ème place féminine (j’ai collé les fesses de la 3ème pendant un bon bout de temps) en 5h05min.

Début du Montreux Trail Festival  Au sommet de la Berneuse

Vue sur le lac pendant le Montreux Trail Festival

Août

Le mois d’août est un peu plus relax, j’augmente les distances en vélo avec une jolie sortie autour de la Dranse : 63km, 1200m+. Je monte au dessus de Thonon, jusqu’à Vailly, descends le long de la Dranse, passe à La Forclaz, jusqu’à Vacheresse et redescends par le pays de Gavot. Je pars enfin à la découverte du Mont de Grange en le contournant pour faire une belle longue sortie de 24km, 1900m+ en 5h. Puis une nouvelle sortie vélo avec le Col de Saxel et de Terramont (65km, 1000m+). On se fait un joli lever de soleil au Mont Forchat en amoureux le dernier samedi d’août, et je fais découvrir les Cornettes de Bise à Nata le lendemain (13km, 1350m+).


Vous voyez, je n’ai même pas fait de trail en Août !

jolie balade en vélo et lac couleur turquoise 

Mont de Grange en solo

Le Mont de Grange Vue sur la vallée d'Abondance

Cornettes de Bise entre soeurs

En route pour les Cornettes La dent d'Oche depuis les Cornettes

Septembre

En septembre, Mora Mora aussi, une petite balade à la pointe d’Ireuse en famille pour fêter le retour en métropole des parents. Julien m’emmène découvrir le Mont Buet pour mon premier 3000 le samedi d’après (21.5km, 1800m+ en 5h), avec un départ à la frontale pour effectuer le plus possible du parcours avant l’arrivée de la pluie. On aura quand même eu un sacré vent à décorner des boeufs ! 

Pointe d'Ireuse en famille

Maman en route pour la pointe d'Ireuse Papa sur la pointe d'Ireuse

Le Billat depuis la pointe d'Ireuse 

Mon premier 3000 au Mont Buet avec Julien (et la mort de mon iPhone...)

Au Mont Buet

J’enchaine ensuite avec une semaine de conférence à Bâle, j’ai horreur de mon attitude pendant ces conférences, il y a de la bouffe tout le temps et je n’arrive pas à me retenir, au point de prendre une cuite à la nourriture pendant une des soirées. Je profite quand même de cette conférence pour faire 2 petits footings de visite de Bâle.
Retour en Chablais, je continue le vélo coté Vallée Verte et pays de Gavot, je commence à avoir mes tours de base. Un petit Forchat entre soeurs en guise de footing du dimanche, ça passe toujours bien, et je profite d’une soirée avec des collègues coté Suisse pour partir à la découverte du Jura français avec un joli run (vraiment tranquille en mode digestion des chamallows au vin rouge) au Reculet de au Crêt de la Neige (point culminant du Jura).

le lac depuis le Jura Coté Jura

Octobre

Octobre et ses jolies couleurs arrivent, je feuillette mon bouquin de trail et embarque Nata près des Aravis, en face du Mont Bargy, avec de magnifiques couleurs, une belle vue sur le Bargy et quelques panoramas sur le Mont Blanc. (25km, 1500m+ en 4h45). Puis on l’avait dit, on l’a fait. Les 3 soeurs (et oui, même Vaness s’est mise à la course à pied cette année, faites péter le champagne !!), on a participé au fameux Trail de Vesoul, dans notre contrée d’origine. Vanessa s’aligne sur le 9km, Nata et moi sur le 22km. J’en bave un peu, trop roulant pour moi (700m+) et pour mon pauvre entrainement de cet été, les sensations ne sont pas là, et je suis un peu déçue d’arriver au pied du podium dans ma ville d’origine, où j’aurais aimé monter sur la boite. Mais c’est comme ça, on n’a rien sans rien, si tu t’entraines pas, tu récupères la 4ème place, et c’est déjà pas mal !

Aravis Nord

Joli Bargy Joli Bargy

Nata et le Mont Blanc

 

Trail de Vesoul

Trail de Vesoul T'as voulu voir Vesoul

Le week-end d’après, on a prévu de prendre quelques jours de congés pour se faire un week-end road-trip en vélo avec Benjamin. Je comptais plutôt aller du coté du lac Majeur en Italie, mais n’ayant pas le temps de m’occuper de la logistique, on part sur son idée de se diriger dans le sud de la France. Au final, j’étais pas très emballée au début, mais c’était vraiment trop bien ! On est parti le mercredi soir de Thonon pour bivouaquer au bord du lac du Bourget. Un beau lever de soleil sur les montagnes. Puis on a posé la voiture à Avignon et on est descendu en Camargues, en suivant plus ou moins la ViaRhona (70km). On pose le bivouac chez un curé absent, l’atmosphère est un peu humide mais il ne pleut pas vraiment. Le lendemain, Benjamin m’emmène faire une balade à cheval ! (pour la petite histoire, ça fait au moins 5 ans que j’ai envie de faire une balade à cheval, et que je ne l’avais jamais fait), donc je suis toute contente, comme une gamine, même s’il y a du brouillard et pas de soleil et qu’il fait froid. Après le cheval, on remonte sur les vélos jusqu’à Arles, on se fait un bon petit resto et on continue notre route jusqu’aux Baux de Provence, Saint-Rémy de Provence et on trouve un petit coin bivouac près de pommiers (73km, 400m+). Le lendemain, on quitte les Alpilles pour le Luberon, avec un stop-resto dans la jolie ville de Gordes, un stop-visite dans la ville ocre de Roussillon et une dernière et interminable montée jusqu’à la ville de Murs. On quitte la ville et trouve un petit coin bivouac quelques kilomètres après (63km, 1000m+). Dernier jour de ce joli road-trip, on quitte le Luberon avec une jolie descente qui fait plaisir, et on rejoint Avignon aux alentours de 12h pour casser la croute et rentrer sur Thonon. (50km) Comme quoi, en seulement 4 jours, tu peux te faire de vraies vacances, une vraie coupure pour oublier la routine du travail (bateau-boulot-dodo), pour oublier toute cette société de consommation. Là, tes préoccupations sont juste de rouler, trouver de la nourriture et trouver un coin bivouac dans lequel tu ne vas pas te faire tirer dessus par des chasseurs ! J’ai vraiment adoré.

Road trip en Camargues Road trip en Camargues Sur la route des Alpilles Le beau village de Gordes

Et Roussillon au lever du jour Enjoy the descent

Puis après cette jolie coupure, je me rends compte que ce petit Trail de la Valserine a lieu le week-end qui suit, j’embarque Nata et on se le court ensemble, cote à cote et pratiquement à niveau égal. Je la motive pour relancer un peu plus fort que ce qu’elle ferait si elle était seule sur les parties plates, la presse un peu aux ravitos, la motive dans le dernier coup de cul de la fin, et j’arrive à la faire accrocher la fameuse 4ème place qui me suit pendant tout 2017. Ca fait plaisir !

Les Pertes de la Valserine Sur le pont des Pierres 

Dernier week-end d’octobre, encore avec Nata, je l’embarque découvrir la vallée d’Abondance en suivant l’itinéraire “Autour de Tavaneuse” de mon petit bouquin : 23km 2220m+ en 6h, au départ du lac de Montriond jusqu’au col et Roc de Tavaneuse, descente à la pointe de Savolaire et remontée au lac de Tavaneuse par les chalets, on continue jusqu’aux chalets d’Ardens, refuge des Tinderets et on rebascule du coté du lac par le col de l’Aulp Couti.

IMG_0555 Lac de Tavaneuse

Novembre

En novembre, c’est mes vacances à moi. Besoin d’air et de me retrouver avec moi-même donc j’avais prévu une semaine en solo aux Canaries, juste avec mon sac à dos, sans vraiment d’itinéraire. J’ai donc déambulé et vagabondé dans cette belle Grande Canarie, du nord au sud, de l’est à l’ouest. De magnifique vacances ! Le retour à la vie réelle et la reprise de la routine fut difficile.

Port de Las Palmas Playa del Canteras Lever de soleil sur Gran Canaria oiseau de paradis 

El Paseo de Gran Canaria En balade, le coeur léger Tejeda et Roque Nublo Mi y Yeray

En descendant à Agaete En descendant à Agaete Coucher de soleil à Puerto de Las Nieves Roque Nublo 

Coucher de soleil depuis Pico Las Nieves Ma chambre pour ce soir Contemplation Sur les dunes de Maspalomas

Heureusement le week-end d’après, Papa et Maman débarquent pour faire un petit coucou et participer au Défi de Fort l’Ecluse, jolie course aux portes de l’Ain : 16km, 800m+ et quelques marches d’escaliers au passage (918 pour monter en haut du Fort), où j’arrive (encore) 4ème féminine. On finit le mois de novembre tranquillement avec la découverte du Môle et de la première neige de la saison. Une bonne et fraiche sortie de 15km, 1400m+ avec une petite descente en pelle à neige bien sympathique.

Défi de Fort l'Ecluse

Le long du Rhone

Arrivée de Papa Arrivée de Maman

Le Môle

Au Môle avec Julien Le Môle enneigé

Décembre

Le début du mois de décembre rime avec retrouvailles, je descends sur Marseille et fais un bon petit footing à Luminy, pas vraiment dans les mêmes conditions que d’habitude, apparemment j’ai descendu la neige de Thonon à Marseille ce week-end, c’est sur les chemins blancs des calanques et sous la neige que l’on court avec Guillaume. J’inaugure aussi les beaux pénitents des Mées avec un petit footing avec Maman.

Sugiton sous la neige Marseille enneigé

Sur les Pénitents  Maman en vallée de la Durance

Puis les semaines défilent en enchainant les footings aux bords du lac le temps de midi, la PPG dans mon salon, la natation à la Cité de l’Eau. Je me laisse tenter par un dernier trail aux Saisies le 17 décembre : 17km dans la neige, bien difficile mais avec de jolis paysages et une rencontre avec François D’Haene.

Trail des Saisies Trail des Saisies

Un verre avec François D'Haene


Les vacances approchent, le corps a besoin de repos, je le sens, je le sais. Je diminue un peu la cadence. Les parents arrivent pour les fêtes, on se fait un petit footing ensemble sur les hauts de Thonon, je m'essaie un petit coup au ski de fond à Abondance, on teste une sortie raquette au pied de la Dent d'Oche, et une dernière folie pour 2017 avec Benjmain, on part pour Annemasse en courant. Manque de pot, avec toute ces fêtes et une jolie crève, je n'ai pas beaucoup de force et mon mal de ventre habituel refait surface à partir de Brenthonne, on est donc contraint de s'arrêter à Machilly. 

Ski de fond à Abondance sortie raquette en fond de Dent d'Oche

 

Voilà... on est le 1er Janvier 2018 et je me demande quand même comment je vais réussir à remplir l'année qui arrive avec autant de belles choses que l'année qui vient de passer.

A moi d'être originale dans mes vacances, dans mes choix de courses, dans mes choix de partenaires.

Une belle année 2018 ne tient qu'à toi !

 

bilan