Et on continue à courir, car tant qu’il y a de la vie, il y a de la course !
La semaine après Mijoux était dédicacée au repos ! car après l’enchainement Japon et Mijoux, j’étais vraiment HS. Le week-end suivant avait lieu les foulées blanches des brasses auxquelles j’avais participé l’an dernier, c’est une course semi-nocturne sur les pistes de ski de fond du domaine des Brasses, les couleurs sont magnifiques, le parcours composé de deux boucles de 5km un peu moins agréable et surtout très casse-gueule et très rapide, avec beaucoup de monde, et un niveau assez élevé. Donc cette année, je fais l’impasse et préfère me goinfrer en fêtant l’anniversaire de ma petite nièce, et j’en profite pour tester pour la première fois le ski de randonnée du coté d'Abondance. Pour une première, les sensations sont un peu étranges, c’est bizarre de monter en ski ! Au final la montée se passe très bien, mais la descente est un peu plus galère, vu que j’ai dû skié 3 fois ces 3 dernières années, les jambes sont toutes flageolantes et je m’arrête tous les 3 virages ! Mais j’avais dis que je testerais le ski de rando cette année, c’est maintenant chose faite !

Et pour le week-end du 19 février, je décide de m’inscrire de nouveau au Belledonne Gelon Trail, j’y avais déjà participé l’an dernier et il m’en reste de bons souvenirs d’un trail convivial perdu au fin fond de la Savoie. En plus la météo semble bonne, donc ce trail qui est censé être un trail blanc manquera encore une fois cruellement de neige, ce qui m’arrange à dire vrai.
Manque de pot, ma petite nièce (ou ses petits copains) m’a gentillement refilé ses microbes, je suis donc bien barbouillée mardi, complètement out le mercredi et pas vraiment en forme durant la fin de la semaine. Je décide quand même d’aller courir car je ne suis pas à l’agonie et je ne songe même pas à annuler de toute façon.
L’an dernier, j’avais pris un AirBnB à Poncharra pour être plus proche, cette année je décide plutôt d’aller dormir chez Nata près de Saint-Julien, ce qui m’avance d’une bonne demi-heure. Et cette année, je n’y vais pas seule, mais accompagnée de deux amis de course, Julien que j’avais rencontré l’an dernier au Belledonne Gelon Trail et Max, un autre copain trail de Julien qui commence le trail avec qui on était allé courir au Salève. Même si je suis quelqu’un d’assez solitaire, parfois l’adage s’applique : plus on est de fou, plus on rit !


On règle le réveil à 5h30 le dimanche matin et on se retrouve donc sur le parking du Vitam pour aller ensemble au Bourget en Huile. Arrivés à 8h, ça va, on a une heure pour se préparer, on retire les dossards, on grignote des petits biscuits trop bons (merci pain de Belledonne!), on se prépare, on se coiffe, et on s’échauffe un peu, car le soleil n’est pas encore levé et il fait quand même pas bien chaud. Je décide de m’habiller de la même façon que l’an dernier: collant long en bas, tee-shirt et coupe-vent léger en haut, juste ce qu’il faut. L’horloge tourne, le temps de poser la veste dans la voiture, on se place au départ, seulement 20 secondes avant le top départ, c’était juste !

Julien est à fond ! et Max aussi !

Adieu les baskets propres...


Cette année, mon but était de partir moins vite que l’an dernier (je trouvais que j’avais été un peu trop vite sur les 5 premiers kilomètres, et j’en avais chié sur les 5 derniers !). Mais finalement avec le recul, je m’aperçois que je ne suis pas parti moins vite. Julien passe devant moi en trombe et Max ne tarde pas à faire pareil ! Bon j’essaie de gérer, j’ai l’impression de ne pas partir trop vite, j’ai l’impression de gérer, ça va. Je me rappelais bien du début du parcours, on traverse le village, on passe un premier petit coup de cul puis ça descend ou c’est plat jusqu’au 6ème kilomètre. Je vois deux filles devant, et inconsciemment je les raccroche, et les double pendant ce début de parcours.
Ensuite vient la première montée, je me souvenais pas qu’elle piquait autant ! Je jette des coups d’oeil derrière et les filles sont juste derrière, ça va être compliqué de les semer je sens.
Dans ma tête tout se mélange, d’un coté, le loup sauvage, l’esprit de compétition qui me demande à quelle place je suis et qui ne veut rien lâcher pour que les deux derrière moi ne me doublent pas; d’un autre coté, le loup sage, affaibli par la gastro et raisonnable, qui sait qu’elle doit faire cette course soft, en me préservant pour l’épreuve principale qui est dans deux semaines (les 47km du trail de Vulcain). Je crois que c’est le coté sauvage qui prend le dessus, malheureusement. Arrive la fin de la première montée, on arrive au premier ravito du 10ème kilomètre en un peu moins d’une heure, le même temps que l’an dernier en fait. Et la forme commence à se faire la malle ! Je commence à peiner un peu, en même temps, ça alterne plat et montée donc c’est un peu normal, mais je sais pas, je me sens pas terrible, et j’ai le ventre qui commence à faire des gazouillis. A à peine 10km, ça s’annonce mal. Le loup sage reprend un peu le dessus mais c’est un peu tard. Je ralentis le rythme et vois progressivement la fille derrière moi revenir, je l’entends de loin, elle parle, ça veut dire qu’elle est en forme et qu’elle veut que j’entende qu’elle n’est pas loin !

j'adore cette portion ensoleillée

premier petit coup de cul et la vue sur les montagnes enneigées

On passe le deuxième ravito, à ChampLaurent, et on m’annonce enfin ma place, je suis actuellement 4ème femme, sachant que la 5 et la 6 me talonnent pas très loin derrière. Et par surprise, la 3ème n’est pas très loin devant et l’écart se réduit même entre nous. On arrive dans la dernière montée dans la forêt, celle qui était très boueuse l’an dernier est juste un peu terreuse aujourd’hui, c’est plus agréable ! On arrive en haut sur le petit plateau ou l’an dernier c’était tout enneigé, cette année c’est plus éparse. On attaque la descente avec quelques petites parties neigeuses, assez marrante, mais mon état de forme diminue de plus en plus rapidement, je ralentis le rythme et espère juste réussir à finir sans trop galérer, ce qui ne sera pas le cas !

La 5ème fille me double donc dans la descente neigeuse, elle a un bon rythme, on échange quelques mots, elle est sympa ! Et je continue en serrant les dents, les 3 kilomètres de descente font surgir mon fameux mal de ventre habituel. Déjà. On est même pas au 20ème kilomètre et à ce moment je sais que ça va être dur et ça va faire mal. Le ravito de la fin de la descente est là, j’en profite pour faire une petite pause et marcher un peu pour essayer de calmer la douleur, et repars en trottinant sur le replat. J’aperçois la 6ème fille juste derrière donc je ne doute pas qu’elle ne va pas tarder à me doubler. Un peu moins sympathique elle, je lui souhaite bon courage, mais ayant ses écouteurs sur les oreilles, elle n’entend rien (ou fait semblant de rien n’entendre ou est trop concentrée pour entendre, ce qui revient au même). Par contre, elle se fait entendre en criant sur le mec devant moi qui galère sur le verglas pour qu’il la laisse passer. Parlons-en d’ailleurs, ici pas de neige, mais de jolies plaques de verglas, au cas où on n’est pas tombé dans la neige plus haut, on peut encore se rattraper ici ! C’est vraiment casse-gueule mais l’organisation a pris soin de mettre des panneaux attention et des petites flèches pour montrer les chemins à prendre pour éviter un maximum de plaques. N’empêche que je glisse 2-3 fois et me prends quelques frayeurs, qui me font ralentir encore plus.

tout en haut, pas de neige comparé à l'an dernier petite portion dans la neige

Ensuite, les derniers kilomètres sont dans la forêt avec une dernière partie montante, je suis vraiment pas bien, je n’avance plus, dans le même état que l’an dernier. Je me demande si un jour j’arriverais à finir ce trail en bonne forme, à galoper dans ce petit sous bois pourtant si accueillant. Mais non, là je suis plutôt comme un pachyderme qui se traine et qui regarde défiler tout doucement les kilomètres. On arrive au croisement sur la route, il ne reste plus qu’un kilomètre, enfin ! J’ai vraiment mal. J’alterne marche et course, finis par trottiner dans le dernier petit coup de cul et franchis la ligne d’arrivée en 3h05, 6ème Femme et 42ème au scratch. 

dernière portion dans la forêt

Au final, quand tu t’arrêtes, le mal de ventre s’arrête aussi, et tu finis ta course un peu dégoutée d’avoir eu mal, comme souvent, sans vraiment savoir pourquoi. Un peu dégoutée aussi d’avoir fait un temps moins bon que l’an dernier malgré les meilleures conditions. Mais bon c’est comme tout, il y a des jours sans et des jours avec. Aujourd’hui était un jour plutôt sans coté course à pied. Il faut aussi regarder les bons cotés des choses, je ne me suis pas blessée, c’est le plus important, et le soleil est au rendez-vous, que demander de plus? On discute un peu avec Julien et Max qui sont arrivés avant moi (Julien termine 16ème en 2h34 et Max 36ème en 2h55, bravo à tous les deux). On se change à la voiture, il me semble qu’il n’y a toujours pas de douche donc on change juste le tee-shirt, on met un short et survet’ et voilà !

J’ai pensé à emmener mon hamac et j’ai repéré deux jolis arbres plantés là exprès pour l’attacher. Je l’installe en 2-2 et me cale dedans, hum c’est agréable ! Mes copains de course sont jaloux donc je leur prête un petit coup, le temps d’aller récupérer quelques petits biscuits du pain de Belledonne au ravito. On assiste ensuite aux remises des prix, et on ne tarde pas trop. On repart vers 14h, le temps de rentrer jusqu’à Vitam, de les déposer et de rentrer ensuite à Thonon, il est déjà 16h passé. Voilà, encore un week-end bien rempli et pas vraiment reposant, pas exaltant mais pas catastrophique non plus. Par contre, je suis assez dubitative sur ma capacité à réussir la prochaine épreuve : les 47km du trail de Vulcain. Mais sans défi, on ne peut pas essayer de se surpasser ! Il va vraiment falloir faire attention au rythme, dès le départ, le prendre vraiment tranquille, en ayant comme objectif seulement de finir la course.

enfin arrivée ! déçue repos dans mon hamac

Souvenir de Belledonne

 

PS: J'avoue que j'ai pris les photos pratiquement aux mêmes endroits que l'an dernier ! (cf:http://traildelou.canalblog.com/archives/2016/03/15/33519261.html)

lien Garmin : https://connect.garmin.com/modern/activity/1581511637

Résultats : Resultats_BelledonneGelonTrail_Huiles2017

parcours topographie