Voilà c'est la reprise de la compétition après un mois de vagabondages. J'avais vu la pub pour ce Montreux Trail Festival (en référence au Montreux Jazz Festival) en début d'année et le site web était tellement beau et prometteur en guise de paysages que je me suis inscrite direct sur la Leysin 30, sans vraiment regarder le parcours. Il y a deux semaines, je commence à me mettre dans l'ambiance et regarde le profil. En fait la Leysin 30 fait 34km, et assez logiquement, elle part de Leysin pour arriver sur les quais de Montreux. Ce qui signifie de la descente ! Donc sur l'affiche, ils promettent 2000m+ mais ils oublient de mettre en avant les 3000m-. N'ayant fait aucune course depuis plus d'un mois, j'ai un peu de mal à évaluer mon niveau mais j'avoue que les 34km-2000m+ 3000m- me font un peu peur. En même temps je suis toute excitée à l'idée de refaire une course officielle. Je pars dans l'idée qu'il faut que je l'aborde tranquillement pour essayer de ne pas être dans le rouge pour garder du jus pour les 15 derniers kms, principalement de la descente (mon point faible, surtout en fin de parcours).

Après un samedi tranquille pendant lequel j'étais affamée et que je n'ai pas arrêté de manger. (Je sais, moi aussi j'ai l'impression de passer ma vie à manger...) J'enchaîne le soir sur les petits raviolis de Sapori, quelques tartines de pâte à tartiner trop bonne (oui, faut que j'arrête d'en acheter), une tisane pour la bonne conscience et au lit. Le réveil est fixé à 5h pétante. Je me lève dans le gaz, me refait 2-3 bonnes tartines et Christelle passe me prendre. Elle aussi s'est fait attirer par ce trail, de même qu'Anthony et Sandra. On y va ensemble à deux voitures et on se gare sur le parking prévu pour l'occasion à Villeneuve. On se prépare et on prend la navette qui nous monte à Leysin (qu'il fallait payer 10CHF à l'inscription mais où il n'y a finalement pas eu de controle, c'est le coté suisse). Il fait déjà relativement bon et chaud à 8h du mat', ça promet. On retire les dossards, prépare les sacs à descendre à l'arrivée et on s'échauffe vite fait, bien fait. Un petit briefing et le départ de la familiale est donnée. C'est une bonne idée ça: l'enfant fait une boucle de 800m dans Leysin et donne le relai à l'adulte qui fait la Leysin 30. L'enfant accompagne ensuite l'adulte sur la fin du parcours: le long des quais à Montreux pour finir ensemble. Puis c'est notre départ à nous, sous le "show must go one" de Freddie Mercury, à l'honneur pour cette première édition du Montreux Trail Festival.

Show must go on !

Ca met dans l'ambiance, et c'est parti, ça monte direct, pas très fort mais ça monte dans Leysin sur 500m avant de prendre des petits chemins. Je ne pars pas trop vite mais essaie quand même de me placer pour éviter les bouchons lors des rétrécissements. On quitte Leysin, prend les petits chemins forestiers, une belle petite montée dans une forêt, on retrouve du chemin plat pour trotter avant d'attaquer une jolie crête avec une belle vue sur la vallée du Rhône, ça promet !

ça commence joliment tout ça

On continue encore et on aperçoit le premier sommet : la Berneuse en haut d'une belle montée (photo). Tranquil-Lou, faut pas se mettre dans le rouge, j'avais prévu environ 1h pour l'atteindre, j'y mets 56', raisonnable et je me sens encore en pleine forme comparé à certains qui soufflent déjà bien fort.

Dernière ascension pour la Berneuse Vue sur la vallée du Rhône

Il y a un ravito en haut mais je n'y passe pas et j'ai même failli louper le passage pour me faire biper. On attaque ensuite une bonne partie descendante face à la Tour d'Aï, en mode piste de ski on dirait: raide avec des cailloux qui partent dans tous les sens, comme j'aime pas, alors je prends les pincettes et j'y vais tranquille. Tant pis si je me fais doubler. On rejoint de l'herbe et on descend sur un single assez difficile, en dévers, assez pentue et pas très large. Je continue mon petit rythme, préviens les gens de dire s'ils veulent passer derrière, perds un peu le chemin, la vague de 4-5 coureurs avec 2 filles me doublent et on continue. La vue sur le lac et le Chablais est magnifique mais vaut mieux pas lever la tête tout en courant au risque de dévaller dans la vallée. J'arrive quand même par moment à lever la tête, admirer le paysage et prendre 1-2 photos par ci par là. On rejoint un chalet et une piste qui permet de dérouler un peu, sous les encouragements des randonneurs. Apparement je suis 7ème femme, c'est cool si j'arrive à rester dans le top 10 mais ne me mets pas du tout la pression de ce côté là. Le but étant de finir en forme sans perdre mes chevilles. On reprend un petit chemin plat dans la forêt et je double une nouvelle fille, et me mets juste derrière une autre, avec une natte blonde, habillée en bleu Salomon, avec les S-lab traditionnelles aux pieds, et des tatouages sur les bras. J'ai eu le temps de la regarder, j'ai été derrière pendant une bonne dizaine de bornes. Pratique ces dossards avec le nom, elle s'appelle Sabrina.

Tour d'Aï de la Berneuse 

Jolie vue sur le lac et le Chablais 

On tombe sur un ravito à Joux-verte que l'organisation a décidé de rajouter parce qu'il fait quand même assez chaud. Je pique quelques bananes et une barre ovomaltine et on attaque la deuxième partie montante de la course, jusqu'à Malatraix. Ça monte mais c'est pas si pentue, que ça mais les gens devant moi continuent à marcher alors je garde leur rythme, continue à m'économiser plutôt que me cramer. Je profite des quelques parties plates pour courir et doubler 2-3 mecs, mais Sabrina reste là, juste derrière moi. On monte le long de beaux pins avec la vue sur les montagnes à droite puis on reprend dans une forêt.

c'est beau, tout simplement marrantes ces montagnes !

La montée dans les pins

Quand tu crois que c'est fini, tu vois qu'en fait on va encore monter sur une crête avec une superbe vue sur le lac, et après une crête, encore une crête ! Les coureurs devant moi commencent à en avoir marre de la montée. Moi je m'extasie sur la vue et prends des photos. On rattrape doucement les 3ème et 4ème filles qui peinent dans les montées: Fanny, une amie de Sabrina, également en Salomon, je les appelle "les deux bleues" dans ma tête, et une grande brune équipée de bâtons, mais je sens que Sabrina en a encore sous le pied, elle. On est donc 4 filles dans le même peloton pour attaquer la descente, qui commence sur les crêtes, sur un petit single où il faut faire attention à l'endroit où tu mets les pieds. Je laisse partir Sabrina et les 2 autres filles devant et assure. Je préfère pas tomber dans la vallée ou me péter une cheville. Mais finalement il y a toujours des portions plates ou montantes pour ne pas me laisser distancer.

Sur les crêtes de Malatraix Beau dégagement sur le lac

Jolie vallée de l'Hongrin

sur la crête

On attaque une autre descente, moins vertigineuse, dans laquelle je vais plus vite que la fille avec les bâtons, je passe donc devant elle. (Aurais-je fais des progrès en descente?) On arrive comme ça tranquillement au col de Chaude avec le dernier ravito, où je rattrape Anthony. Je comptais remettre de l'eau mais on dirait que j'en ai encore pas mal, alors je ne m'attarde pas, descends un verre de Pepsi, pique deux barres Ovomaltine (c'est d'la dynamit') et je repars devant Antho et les bleues, donc 3ème femme.

le ravito du col de Chaude

Je ne suis pas dupe, elles me rattrapent et me doublent rapidement dans la descente en dévers dans le pré qui suit. On rejoint une forêt, sur un chemin toujours bien pentu et je garde mon rythme constant, et bizarrement je ne me fais pas tant doubler que ça. Le chemin alterne entre forêt et route, ça fait du bien aussi un peu de bitume pour ne pas devoir réfléchir à où poser le pied, mais tu sens aussi que le ventre n'apprécie guère. Je fais mes exercices pour faire descendre l'estomac et le diaphragme: inspirer en gonflant le ventre, expirer en le vidant, et j'arrive à éviter les points de côté. Par un moment on coupe la route par un petit chemin boisé et je vois des genres de grosses mouches par terre, je n'imagine même pas que c'est un nid de guêpes, avant que Christelle me raconte qu'elle s'est fait piquer par des guêpes deux semaines auparavant, je ne savais même pas qu'il pouvait y avoir des nids de guêpes au sol. Donc j'ai pas tilté de suite et passe dessus. Ça a pas loupé, j'ai senti 3-4 pressions sur mes mollets et une saloperie de bestiole a eu le temps de me piquer au niveau du tendon d'Achille. Ah ça fait mal quand même ces petites bêtes (ça me gratte encore aujourd'hui). Au moins j'en oublie un peu le ventre qui commence à devenir un peu douloureux en pensant à la piqure de guêpes, ça détourne l'attention. Mais ça pourrait être pire, il y en a qui se sont fait piquer à la tête et certains peuvent être allergiques. Vers le 25ème kilomètre, la descente se calme un peu et on retrouve des portions plates et même un peu montantes. Je rattrape pas mal de gens grâce à ces portions, dont Anthony qui m'avait doublé dans la descente et qui souffre à cause de ses ampoules, je recolle aussi les bleues, et double même Fanny, qui accuse le coup, et me retrouve 4ème. Mais Sabrina est devant et elle garde un bon rythme, je la vois s'éloigner petit à petit donc je me dis qu'une 4ème place, c'est bien, un peu comme d'habitude mais ça me va !

Donc j'assure la fin du parcours en courant pratiquement tout le temps. On passe dans le parcours santé au dessus de Montreux, c'est sympa, à l'abri du soleil et de la chaleur sur des petits chemins roulants, et on aperçoit des bouts du lac et la ville de Montreux qui se rapproche. On descend encore et encore et on atteint le village de Glion, ça sent la fin, et je commence quand même à fatiguer un peu, c'est dur de garder le rythme, et en plus je suis seule. On descend toujours pour rejoindre Montreux. Les bénévoles me bloquent les voitures et m'indiquent le chemin, on passe dans des petites ruelles, prends les escaliers pour traverser la voie ferrée et atterrir sur la promenade le long du lac.

joli petit ruisseau

Montreux, j'arrive !

Il y a pas mal de gens qui s'y baladent ce dimanche et il faut un peu zigzaguer pour les éviter. Certains m'encouragent, d'autres me regardent bizarrement, moi j'ai le sourire, je suis contente de cette course et finalement au bout d'un petit kilomètre, je vois l'arche d'arrivée et je la franchis au bout de 5:05 de course. Voilà c'est fait, j'ai réussi à finir cette Leysin 30 sans blessure apparente et avec un résultat qui me convient: 4ème femme et 47ème au scratch, je suis contente, ce n'est pas souvent que j'arrive dans le TOP50.

L'arrivée à MontreuxPhoto finish avec mon air ravi mais fatiguée

Je me ravitaille comme il faut à l'arrivée et discute avec Anthony qui est arrivé peu après moi. On se baigne un petit coup dans le lac, que ça fait du bien ! On mange encore un peu (il y a des petits sandwichs au saucisson) et on marche tranquillement pour rejoindre les douches, dans un collège à 500m de là. Une bonne douche qui décrasse et je vois le stand de massage alors j'attends 5' et me fais masser comme il faut les cuisses qui ont souffert de la descente et les mollets, par une jolie masseuse blonde. Christelle et Sandra ne vont pas tarder à arriver, Christelle a été malade pendant toute la course alors ça n'a pas vraiment été une partie de plaisir pour elle. Je redescends à l'arrivée et regarde les remises des prix, pendant qu'Anthony, Sandra et Christelle mangent leur plat de pâtes et il est déjà 17h15, l'heure tourne. L'organisation a prévu des navettes pour nous ramener au parking de Villeneuve mais il n'y en a qu'aux heures pleines (toutes les 30min serait mieux quand même) donc on prend un UBER pour ne pas devoir attendre 18h. On dit en revoir à Anthony et Sandra et on rentre sur Thonon vers 19h. Il fait assez lourd alors je me motive pour descendre en vélo à la plage et faire un petit plouf et ça fait vraiment du bien.

Récup' sur la plage Souvenir du jour

Garmin : https://connect.garmin.com/modern/activity/1885422410

Relive (nouvelle appli gadget !) : https://www.relive.cc/view/1109199449

Résultats : http://montreuxtrail.livetrail.net/

Photos : http://www.photossports.net/-/galleries/montreux-festival-trail

parcours Montreux-topo