Et voilà, 2016 laisse place à 2017.

Je voulais commencer l'année avec le Raidlight Winter Trail mais l'excursion au Japon m'a bloqué les deux week-ends du 14 et du 21 janvier. Tant pis pour la Chartreuse et bonjour le Jura : retour aux sources dans notre Franche-Comté bien aimée ! J'avais repéré ce trail blanc des gabelous, et je commence à partager le coup de coeur de Nata à propos du Jura, c'est souvent des paysages sympas et des trails assez conviviaux avec une bonne ambiance (même s'ils sont en général plus roulant qu'en Haute-Savoie). Ni une ni deux, je l'embarque dans mes folies vu qu'elle ne bosse pas ce week-end. Le samedi elle vient à Thonon et on passe voir ma grande sœur Vanessa pour recevoir les cadeaux de Noël (oui oui un 28 janvier... elle était à Mayotte tout décembre donc pas trop en mode Noël !) et pour faire la paperasse pour s'inscrire au trail de l'île Rouge 2017. Cette fois ce n'est pas à 3 mais à 4 qu'on va débarquer à Madagascar !
Bref, on va ensuite chez Nata car elle habite plus près du Jura que moi, on se fait un bon petit repas féculent avec les boules de riz mozzarella de Sapori d'Italia, et zou au lit !
Dimanche matin, réveil à 6:40 pour un petit déjeuner tranquille, on se prépare et on part vers 7:45, ça roule bien le dimanche, on arrive à Mijoux avant 9h, on retire les dossards, je lui fais une natte de guerrière (natte africaine droite), je me fais une natte de guerrière (queue de cheval+natte épis), on est parée ! On a même le temps de s'échauffer un peu donc on trottine par ci par là.

rien de mieux qu'un B-ready avant le départ

petite pause Nata prend la pause

Vers 10h petit briefing et les départs sont donnés. D'abord les gens qui tirent et poussent les joëlettes, c'est avant tout un événement pour les handicapés, et respect à ces gens qui ont tiré et poussé tout le long ! Part ensuite le 7km et 2' après le 15km. Ce qui fait qu'on se retrouve tous en même temps dans la fameuse montée du début du parcours: environ 100m de dénivelé en peu de temps... ça donne le tempo !

Bravo à la Bande à Jojo !

Mais aujourd'hui, j'ai pas envie de me donner à fond à tout prix pour gagner, je veux juste me faire une belle balade et surtout aucune blessure, donc je pars tranquille dans la montée, je suis la fille derrière moi, finis quand même par la doubler car elle avance pas très vite ! Et je prends mon temps dans la descente pour ne pas tomber et risquer de me faire mal. On passe ensuite dans le village de Mijoux et après avoir traversé la Valserine, on arrive sur les pistes de ski de fond. La neige est bien tassée, c'est assez agréable à courir dessus sauf à certains endroits où, tu sais pas pourquoi, tu t'enfonces d'une vingtaine de centimètres ! Le parcours est vraiment roulant et même un peu trop roulant, ça devient un peu monotone. Je repére une fille devant, et je me cale sur un petit rythme de 12 à l'heure et la rattrape rapidement. On joue un peu au chat et à la souris, elle m'entend arriver et forcément en temps que proie, elle accélère ! Mais je garde mon rythme et finis par la doubler. J'en repère une autre encore un peu plus loin et la rattrape aussi, elle a l'air de galérer plus que moi en plus. Et puis les gens me disent que je suis 3ème femme alors je me dis que c'est cool, je ne vois plus de filles devant donc je me dis que je vais essayer d'assurer la 3ème place à ce rythme.

petite montée pour commencer On s'insère sur les pistes de ski de fond

On arrive près du 7ème kilomètre et on voit ceux qui sont devant nous qui repartent dans l'autre sens et je vois les deux premières filles, je les encourage mais elles ont l'air dans le dur et n'accorde aucun sourire... Je le fais remarquer à mon compagnon du moment, mais il me rétorque :"no pain no gain". Ce qui me fait encore philosopher sur le pourquoi on court? Pour gagner? Quitte à en chier pendant une heure? Ou à profiter du moment, de la sensation qui t'emporte au bout de quelques minutes de footing: la sensation de bien être, de penser à rien de se sentir bien !

Je pense vraiment qu'il y a deux manières différentes d'aborder une course: la première façon c'est celle des deux premières filles, elles donnent tout, quitte à être dans le dur, à ne pas profiter du paysage, à avoir mal, mais à la fin, tu as la sensation d'avoir tout donner, c'est très appréciable, surtout quand tu es sur le podium.

La deuxième c'était mon état d'esprit aujourd'hui, profiter du paysage, profiter du moment présent, de la chance de pouvoir courir, de penser à ceux qui ne le peuvent pas, dans ce beau Jura, de penser à ceux qui sont coincés dans les grandes villes, et aussi courir un peu plus vite que si c'était un simple footing, se donner des petits challenges, essayer de rattraper la fille qui est devant ! Et décrocher un large sourire à tous ces bénévoles qui se pèlent le cul mais qui sont dans la bonne humeur ! Merci à eux, sans quoi les courses n'existeraient pas.

Bref je fais mon demi tour au 7ème kilomètre et continue, je croise Nata pas très longtemps après, je suis contente, elle court bien ! Je me dis que ça serait cool si elle arrivait à doubler les 2 filles pour se placer juste derrière moi, mais ça ne sera pas le cas. Nata ma grande sœur, la nature tranquille qui, pendant une course va donner quand même plus que sur un footing normal mais sans trop non plus se mettre mal !

joli paysage blanc joli paysage blanc

Après ce demi tour, je décide de passer la seconde quand même, j'ai envie d'accélérer pour réduire l'écart avec la deuxième mais elle est quand même très loin devant, mais je me fais plaisir, j'allonge la foulée pendant quelques kilomètres, réduisant l'écart mais ensuite j'ai une petite baisse de régime autour du 11ème kilomètre. Je décide donc de rester à ma 3ème place, de l'assurer et l'apprécier ! On aperçoit le village, on remonte la côte et l'arrivée est déjà là ! Je la franchis avec un grand sourire, satisfaite et sereine ! J'attends un peu Nata puis décide d'aller à sa rencontre, je la prends en photo pour l'arrivée !

Nata, sereine et naturelle photo finish, avec le sourire svp !

 Photos ci-dessus : Jean-Claude Delachenal

Fière de ma grande soeur ! 5ème Femme 

C'est bien, aucune blessure au rdv: contrat rempli ! On se pose un peu au ravito, on boit un ptit café et on s'offre une petite crêpe au sucre en récompense. On se prend ensuite une bonne petite douche, agréable, propre, chaude et avec de la pression ! On fait un petit tour dans Mijoux pour trouver du pain pour accompagner notre fromage de bienvenue mais pas moyen d'en trouver. On en emprunte alors au repas de la course et on va manger notre fromage sur un banc dehors devant la tente qui fait des crêpes et le stand de maquillage.

Merci au clown et à la crepière

une crèpe en récompense ! un bon fromage du Jura

On attend ensuite la remise des prix, à 13:30. Beaucoup de discussions de tous les organisateurs, du maire, etc... Ça traine un peu mais pour la bonne cause, sans tous ces gens, la course n'existerait pas ! Ils récompensent les 3 premiers au scratch de chaque course, hommes et femmes. Je gagne un bon panier de bouffe ! De la confiture, du pâté, du saucisson, une bouteille de rosé d'arbois (ils font du rosé à Arbois?!), des biscuits à la noisette, du café et un bon pour un kilo de comté à la fromagerie du coin (qui malheureusement est fermé au moment où on part).

podium féminin Merci à vous !

Après cette belle matinée, on repart vers 14h et on est remercié par une trop belle vue sur les Alpes en redescendant en voiture donc on s'arrête pour admirer le paysage.

belle vue sur les Alpes belle vue sur les Alpes

selfie devant les Alpes !

Je regarde les horaires de train, il y en a un à 15:20 à Annemasse, on le tente, on arrive à 15:15 pile le temps d'acheter le billet et de monter dans le bus pour Thonon. Je bouquine tranquillement l'Amélie Nothomb "La Nostalgie Heureuse", de bon contexte après mon voyage à Tokyo, ça se lit bien et ça me rappelle des souvenirs. Arrivée à Thonon, je fonce à la boulangerie acheter du pain et je craque sur la boule meringue au chocolat sur laquelle j'avais des vues depuis quelques années et que j'avais jamais osé goûter ! Avec un petit thé, ça passe très bien, en attendant la finale du mondial de handball masculin, France contre Norvège ! Les français font un peu comme moi et décide de commencer doucement en bon diesel. Ils enclenchent ensuite la seconde 5min avant la fin de la mi-temps pour s'envoler pour une 6ème étoile de champion du monde ! La nostalgie me prend, à chaque fois que je regarde du hand à la télé, j'ai une furieuse envie de remettre les baskets de me taper de belles contre-attaques ou de jolis lobes. Mais le hand, c'est une histoire passée, maintenant il faut aller de l'avant et regarder vers l'avenir !

Amélie Nothomb pour le retour

Récompenses !

champion du monde !

 

Lien garmin: https://connect.garmin.com/modern/activity/1548409668

Résultats: scratch_15_Km_2017

Article, joli résumé de Courzyvite

parcours topographie