Le mois de mars laisse place à avril, tout va tellement vite. Après le trail de Volvic, j’ai une douleur étrange qui est apparu au niveau de mon pied gauche, mon pied qui est un peu tout cassé. Je suis donc retourné voir mon ostéo (il va finir par me faire un abonnement !), et apparement ma cheville s’est encore de nouveau un peu bloquée, donc ça tire un peu sur les tendons. il remet tout ça en place, et me dit encore et toujours de faire beaucoup d’étirements et de proprioception.
Je l’écoute, j'étire, matin et soir, par chance, en ce moment pour aller au boulot, on a l’énorme bateau “Lausanne” de la CGN. Et vu qu'il ne fait pas encore trop chaud, je peux me poser en solo sur le dernier étage-terrasse du bateau, et j'admire les levers de soleil en faisant étirements et proprio. Le pied !

Le Lausanne

mon quotidien... On ne s'en lasse pas !

La douleur met donc quand même 2-3 semaines à partir. Donc j’ai planqué les baskets dans le placard et ai ressorti le vieux vélo de route de ma mère. Un petit tour à Mountain Services pour une révision rapide, et les beaux jours arrivant, je me fais des petits tours en vélo de route dans mon Chablais d’adoption. Un bon 55km-1000mD+ pour commencer la première semaine, puis 40km la semaine d’après et 36km pour découvrir le parcours du triathlon de Thonon auquel j’ai décidé de m’inscrire (le 09 juillet). C’est bien, ça change un peu mais je préfère quand même la course à pied.
Fin mars, j’ai encore un peu mal au pied donc je décide d’éviter la Frappadingue : la course à obstacle de Châtel que j’avais prévu de découvrir, avec Julien. A la place, on se fait une bonne sortie aux Hermones avec Nata (20km,1100md+). Le pied est un peu douloureux sur la fin mais rien comparé à avant. Chose un peu bizarre, le lendemain j’ai du mal à marcher tellement j’ai mal, mais la douleur passe au fil de la journée…
Tout va bien, le pied est donc opérationnel pour le mois d’avril ! En plus j’ai prévu plusieurs trails sur avril, mais tous relativement court, juste dans le but de courir un peu dans d'autres endroits, pour découvrir, se donner un peu plus qu'en footing normal, se faire plaisir.


On commence donc le mois par le trail des Glaisins. On y avait déjà participé l’an dernier, en groupe, car il y avait Nata, mon copain, son frère et un autre copain, et c’était sympa. C'est bon enfant, bonne ambiance et pour la bonne cause : cette année, les fonds récoltés permettront d'acheter un nouveau fauteuil à Roxanne, une jeune fille de 13 ans handicapée. Et j'aime bien les parcours autour d’Annecy, c'est très agréables à courir. Donc cette année, tous les autres nous ont laché, on ne se déplace qu'à deux : mon copain accepte de venir le faire avec moi, et il décide en prime de courir à mes cotés. (l’an dernier, il était parti devant et avait fini 14ème, pas mal pour quelqu’un qui court 3 fois dans l’année !). Cette année, Jean-Marie Fontana a décidé de changer un peu le parcours, pour les 10 ans de la course. Au lieu d’un 27km et d’un 17km, il y a un 12km, un 17km et un 33km. On choisit de s’aligner sur le 17km, qui en fait, est le même parcours que l’an dernier mais dans le sens inverse ! Comme d’hab, le trail des glaisins, c’est le samedi matin, ce qui est pas plus mal comme ça on peut faire encore des trucs le dimanche, mais on est un peu plus fatigués de la semaine. Pour contre-balancer, le départ du Talabar (17km) est à 10h50, donc on a pas besoin de se lever méga-tôt. On peut donc se réveiller à 6h30, déjeuner tranquillement et j’ai même le temps de faire une natte à Nata, qui aurait bien aimé nous accompagner mais qui doit aller travailler…

On part de Thonon à 7h30, et on arrive au parc des Glaisins d’Annecy-le-vieux, vers 9h15. Bien en avance, comme j’aime ! On retire les dossards et on se prépare tranquillement dans la voiture. On a pas trop de chance quand même, ça fait deux semaines qu’il fait ultra-beau toute la semaine et le week-end, le temps se gate. Il ne pleut pas, mais les températures ont chuté et c’est quand même bien couvert, avec un petit vent frisquet. On sort le short quand même, j’en ai marre de courir en collant ! Donc tenue light, short, tee-shirt, je mets aussi mon tour de cou au dernier moment et mes manchettes aux bras (que j’enlèverai au bout de 3km…). Coté baskets, j’hésite un peu entre les SCOTT et les INOV8 mais décide de choisir les INOV8, j’ai l’habitude de faire mes sorties trail avec elles en ce moment et si je peux un peu épargner les SCOTT pour qu’elles soient encore potable pour Mada, ça serait pas mal. On se fait un petit échauffement dans le parc, et je trouve qu’on s’éloigne un peu trop. J’ai un petit coup de stress, je vois les minutes défilées et on est encore loin de l'aire de départ. On y arrive à peine 2’ avant le top, grr j'aime pas ça ! Il va falloir que je fasse gaffe si je ne veux pas rater le départ un jour ! Mon copain est allé posé nos pulls dans le hall et arrive de justesse sur la ligne. Le compte à rebours est donné et c’est parti ! au bout de la ligne, le peloton hésite entre gauche et droite, ça fait une jolie vague ! A gauche tout’, et c’est parti dans les rues d’Annecy-le-Vieux.

Prêts ?


Je reconnais le chemin, c’est marrant de faire le parcours en sens inverse. Le départ est assez rapide coté filles mais pas trop coté mecs, vu qu’on voit encore la tête de course. Premier kil en 4’18, deuxième en 4’30, je vois pas mal de filles devant moi, mais je n’aurais pas pu partir plus vite. Si elles sont devant, c’est qu’elles sont plus fortes ! La première prend tout de suite de l’avance et on ne la voit plus. La deuxième est une catégorie master, mon copain dit qu’elle ressemble à ma mère (sauf qu’elle court quand même plus vite !), et je l’apercevrai de loin au début seulement. La troisième se tord la cheville dès le 2ème kilomètre, mais repars de plus belle, et je garderai en visu la quatrième (en rouge) tout le long du parcours.
Donc je suis 5ème mais je ne pense pas que je réussirai à gratter des places, dès les premières petites montées, je ne sens pas mes jambes. Elles n’ont vraiment pas envie de courir, je le sens. J’ai chaud au bras aussi, ça m’étouffe alors j’enlève les manchettes et subis dans la première portion montante de la course. On prend environ 300m en 2km, et c’est dur pour moi. Au 5ème kilomètre, petite descente de 2km pour récupérer, je reste derrière la 4ème fille, vais à son rythme, elle est pratiquement du même niveau que moi dans les descentes et on ne se grille pas. Il y a pas mal de mecs qui nous doublent et qui ensuite n’avancent plus dans le plat ou les montées, ça m’énerve !

Première vue sur Annecy

On passe au Talabar et c’est reparti pour 3km de montée. Ca va un peu mieux mais je subis quand même. J’ai l’impression que c’est une des seules courses où je serai plus à l’aise dans les descentes que dans les montées. Par moment, on a de jolies vues sur le lac d’Annecy, j’en profite pour faire une petite photo vite fait. La 4ème fille marche devant moi alors que je trottine, j’ai un petit regain et la double. J’aurais pas dû ! ça l'a boosté comme pas possible, et elle me redouble direct dans une bonne accélération ! On arrive au col du Pré Vernet au 9ème kilomètre. Il y a le ravito mais je ne m’arrête pas et on entame la longue descente de 4km, au début dans la forêt, puis sur la route, et on retourne dans la forêt. J’aime bien les descentes à Annecy, elles sont un peu techniques mais pas trop, ça me ferait de bons entrainements en descente. La 4ème a pris un peu le large, je ne la vois plus, pourtant j’essaie de dérouler. On verra. En plus, je me fais doubler par une autre fille (en rose), qui dévale la pente à fond la caisse. Bah tant pis, je deviens 6ème. Moi qui aurais aimé gagner cette course pour que mon copain soit fier de moi, c’est raté ! Mais bon il y a des jours sans et des jours avec, et surtout, il y a des filles plus fortes que moi !

encore une jolie vue sur Annecy

J’assume et avance, je me sens de mieux en mieux alors je déroule, c’est sympa, c’est des petits chemins en faux plat descendant je crois, je me fais plaisir ! et avec le plaisir, je recolle un peu les filles devant. J’en ai 3 en visu, la rouge, la rose et l’autre qui s’est tordu la cheville au début et qui commence à assumer le coup, ça lui fait vraiment mal dans la descente. Je compatis avec elle mais la double quand même, et redeviens 5ème. Elle aurait peut-être du abandonner? (toujours la même question quand on se blesse...) On s’insère dans un petit chemin en sous-bois, en monotrace un peu valonné, et ça casse tout. J’avais un bon rythme mais les mecs n’avancent plus ! Je prends mon mal en patience et suis le troupeau en doublant quelques-uns par çi par là. Les kilomètres défilent, que c’est court 17km ! On est déjà au 14ème, et on retombe sur un chemin plus large. J’essaie de relancer mais le mal est fait, le rythme est cassé, ça devient plus dur. Mais je continue, je sais que les 3 derniers kilomètres, c’est vraiment dans la tête. En plus je vois la rose et la rouge devant, la rose de plus en plus près. Je garde mon rythme et me dis qu’il reste plus que quelques minutes donc autant se donner. Je double la rose et retrouve la 4ème place. La rouge est toujours devant moi, mais ne craquera pas. Le dernier kilomètre commence à devenir dur, mais c’est la fin, on arrive au stade des Glaisins et on franchit la ligne d’arrivée en amoureux en 1h51min, 4ème Féminine et 59ème sur 425 au scratch.

On est accueilli encore et toujours par Jean-Marie Fontana et sa bonne humeur. On se ravitaille un petit coup (je fais le plein d’orange et de pain d’épice et chocolat noir !), mais il fait un peu frisquet. On repasse donc à la voiture et on se prend une bonne douche bien chaude. On assiste ensuite à la remise des prix en mangeant le repas (purée, poulet et tarte aux pommes, comme l’an dernier !). Au final, je trouve que leur remise des prix est une plus logique qui existe : un classement scratch féminin et masculin, puis un classement par catégorie, et si la personne était déjà dans le classement scratch, elle a juste un petit trophée en plus mais n’a pas double récompense. Etant donnée que “maman” est 2ème scratch, j’arrive à grapiller la 3ème place senior, et repars avec une piquette, euh une bouteille de vin blanc et une tommette de Savoie…
Et un nouveau dossard à accrocher dans mes toilettes !

 
le repas purée-poulet-tarte-au-pommes ! ambiance pitorresque

le mur des dossards 2017 !


Après la course, c’est petite séance shopping à Annecy et retour à Thonon après une bonne journée bien remplie.

Et ce qui est cool avec les courses qui ont lieu le samedi, c’est qu’on peut remettre ça le dimanche ! Non, je n’ai pas osé aller jusqu’à Lons-le-Saunier faire le trail des Reculées (qui me tentait quand même pas mal), mais vu que Nata ne travaillait pas, on s’est fait un bon petit déjeuner du dimanche matin, et on est allé se faire une jolie balade de décrassage aux Mémises, avec un petit tour de 10km et 650mD+ quand même. On est passé des paysages ensoleillés à la brume complète qui fout un peu la trouille. C’était bien sympa.

la dent d'Oche nous accompagne

admirer le lac... ça fait du bien !

Joli petit chemin au Creusaz


Et qui a dit qu’il fallait se reposer ensuite ? Après une bonne salade composée et des asperges, on enchaine sur des petits moments cuisine (je fais des financiers, du lait de noix de cajou, une salade d’épeautre, Nata teste la soupe de fanes de radis, une soupe normal et un gratin de côtes de blettes, on a à manger pour la semaine !). Et j’enchaine encore sur un petit peu de ménage car au bout d’un moment, il y a quand même besoin !

Voilà, encore un week-end qui est passé à toute vitesse, et c’est reparti pour de nouvelles aventures…

ma petite spécialité : les financiers !


Résultats : trail_des_glaisins_17

lien garmin : https://connect.garmin.com/modern/activity/1652417454

parcours topographie