Après les Foulées de Gruffy le 09 avril, j'enchaîne sur une petite semaine de boulot de 4 jours grâce au long week-end de Pâques. Cool je me dis que je vais pouvoir me reposer et ne planifie aucune course officielle. Se reposer, la bonne blague ! J'ai été pris d'une frénésie sportive, je n'ai pas réussi à m'arrêter, pas le temps de faire le ménage ni les courses, par contre pour aller tailler à droite à gauche pour faire du sport, je dis oui ! Ca commence par une sortie autour du Forchat vendredi avec Nata (17km, 900m+), un tour de vélo (50km, 900m+) suivi d'un petite séance natation samedi, une sortie exploration à la pointe de Tréchauffex et autour du mont Ouzon dimanche (17km, 1400m+), et pour finir un bon tour de vélo près d'Annecy (65km, 600m+) lundi ! Autant vous dire que j'étais contente de retourner bosser le mardi sinon mon corps aurait lâché !

Ne vous inquiétez, ma consommation de chocolat a été proportionnelle à mes dépenses physique, il faut se faire plaisir dans la vie (même si parfois c'est dur dur de trouver le bon équilibre) !

J'aurais bien aimé aussi participer à la traversée Salève-Mandallaz, un évènement non-officiel qui part d'Etrembières, traverse le Salève et la montagne de Mandallaz pour finir à Annecy. Ca me tentait bien, mais les 45km,2200m+ sans balisage me faisaient un peu peur, et j'avais surtout peur de ne rien pouvoir faire les 3 autres jours du week-end.

Et vu que j'ai passé le week-end de Pâques sans participer à une course, je décide de m'inscrire sur un trail pour mon dernier week-end avant les vacances au soleil. Au départ je voulais aller dans le Jura pour participer au trail des lac à Clairvaux-les-lacs. Mais finalement j'ai découvert qu'il y avait les Princes en Foulées le samedi. Comme Nata travaille dimanche mais pas samedi, on décide de s'engager sur les Princes et de se faire une petite course toutes les deux, en mode course-tranquille, sans jouer trop la gagne et sans risquer la blessure. Et pas question de s'engager sur le 17km quand il y a un joli parcours prometteur de 27km-1600m+ !

Après un petit repas "raviolis de Sapori" et une bonne nuit de sommeil, on se lève à 5:20 samedi matin pour rester dans la bonne dynamique de la semaine. On déjeune rapidement des tartines de nocciolata et c'est parti en direction de Seyssel à 6h pétante. On y arrive autour des 7h30 tranquille, les bénévoles sont en train de se dispatcher pour aller se placer sur les lieux. On retire les dossards et le cadeau de participation (une bouteille de vin... pas cool pour les gens qui ne boivent pas d'alcool, à la rigueur je préfère une bouteille de jus de raisin. Ce n'est que mon avis...) et il y a un petit stand café-viennoiserie, ça j'adore ! On discute avec une bénévole qui nous dit de tous les goûter donc on est polies, on l'écoute et on en pique 2-3 (pain au choc', chausson aux pommes, croissant) avec un petit café : nickel comme collation pré-trail ! Et on finit de se préparer dans la voiture. Côté météo, on est servi, il y avait un vent de malade pendant la semaine, mais il est tombé hier, et le soleil lui est resté. Ça promet une belle journée ! On décide de se mettre en short, tee-shirt, avec un petit tour de cou quand même pour la gorge. Je fais une natte de guerrière à Nata et on trottine un peu, mais vraiment un tout petit peu dans la ville. Le speaker commence à faire le show, il décrit le parcours d'une certaine façon, que si des gens venaient s'inscrire à la dernière minute, ils ont du repartir direct (ça monte, ça monte et ça monte) ! Et le groupe de Zumba 'Dynamics' monte sur scène pour faire l'échauffement. Pas grand monde se prête au jeu, c'est dommage je trouve que c'est un bon moyen de s'échauffer. Nata et une autre coureuse font quand même la chorée, moi un peu mais je suis vraiment pas danse, j'ai aucun rythme et j'arrive danser seulement quand j'ai bien picolé !

les fameux raviolis de Sapori d'Italia merci pour les petits croissants !

Aventure entre soeurs  Echauffement Zumba avec Dynamics

Après ce petit échauffement en musique, le départ est donné à 8:35, et on commence par un petit tour autour de Seyssel qui permet d'étaler le peloton et de s'échauffer. On quitte la ville sur le beau grand pont, on longe le Rhône et on retourne dans la ville sur un autre joli petit pont, le soleil illumine la ville, ça promet une belle balade. On passe dans le centre-ville et on redescend le long du Rhône. J'ai dis à Nata que je courrai avec elle, donc c'est elle qui mène le rythme, je la laisse devant moi et m'arrête déja pour prendre quelques photos. Si j'avais été seule, je serai sûrement parti plus vite sur ces 2 premiers kilomètres, peut-être même trop vite et je l'aurai payé sur la fin ! On boucle le premier kilomètre en 5' puis 5'30 les deux suivants, ça va on a le temps de toute façon. On discute, on se marre, c'est cool, on va encore partager un beau moment. Pour déconner, je lui dis qu'il nous reste encore 26km pour réfléchir pour qui voter demain ! (Au final on y pensera pas un seul instant...) Un mec en sandale nous double rapidement, j'abandonne Nata pour le rattraper, lui taper la discut' et immortaliser le moment, chapeau d'oser courir avec ça sur un trail, avec les cailloux, les feuilles, les branches.

18320646_734134820093405_7913785329484632189_o

Source : page Facebook des Princes en Foulées

On quitte Seyssel et le chemin se met à monter, tranquillement mais sûrement. Nata continuer de trottiner contrairement à beaucoup d'autres autour, elle garde son petit rythme et on double les gens petit à petit. Elle a l'air de gérer, je lui dis de ne pas se cramer non plus. On arrive au premier ravito au 6ème kilomètre (un peu tôt je trouve) et fidèle à elle-même, Nata s'arrête à chacun des ravitos ! (en plus il va y en avoir 4 sur la course, il va falloir que je gère mon impatience, calmer mon esprit compèt' et que je ne panique pas en voyant les filles nous doubler pendant qu'elle boit son coca, ZEN on court pour le plaisir et pour passer un bon moment, pas pour le classement.... Mais si on peut faire les deux c'est encore mieux !)

Le long du Rhône

Sur le pont de Seyssel, entre Haute-Savoie et Ain Run in sandale ?!

On reprend, ça alterne petite montée et plat, et la montée sèche ne va pas tarder. J'ai dis à Nata que j'allais tenter la montée sèche: il y a une portion chronométrée dans la montée, entre le 7ème et le 8ème kilomètre: 230m de dénivelé sur 700m. On est bippé au départ et c'est parti je pars à fond, si bien que j'explose 30 secondes plus tard et me remets à marcher, mais en essayant de garder un bon rythme. C'est un peu compliqué car les gens avancent moins vite donc il faut les doubler sur le côté et ça fait perdre du temps. Mes mollets hurlent de douleur, les fesses aussi, mais ça fait tellement du bien. Je me mets en mode "Vis l'instant, oublie la douleur et continue à monter". Mes muscles, ils ne demandent que ça ! On arrive à la pancarte mi-parcours (quand tu crois que c'est bientot la fin et que tu vois cette pancarte, ça donne un bon coup au moral, c'est un peu sadique de la part des organisateurs, mais je trouve ça cool !) et ça monte, ça monte encore et encore. On a pas à se plaindre, cette année, la montée est vraiment sèche contrairement aux années passées où il faisait un temps pourri, le terrain devait être vraiment dégueulasse ! J'arrive en haut, bien essoufflée et avec les jambes toutes flageollantes et peux me reposer un peu en attendant Nata. Toutes les filles que j'ai doublées dans la montée me redoublent, mais je le vis bien, c'est sympa aussi de souffler un peu. J'échange 2-3 phrases avec les bénévoles et un autre coureur qui attends son beau-père et Nata arrive enfin, toute fraîche, le bénévole me dit qu'elle arrive moins essoufflée que moi, tu m'étonnes, mais elle aussi en a bavé quand même ! On repart tranquillement, il faut le temps que les jambes se reprennent. On passe dans des mignons petits chemins de conte de fées comme dit Nata, avec la forêt, les petites fleurs blanches et violettes sur les côtés, les oiseaux qui chantent, c'est agréable. Une fille nous rattrape et nous félicite sur nos capacités en montée. N'empêche que ça l'empêche pas de nous doubler en papotant avec un autre traileur, on ne la reverra pas ! Et on attaque une première portion de descente, pas très pentue mais avec beaucoup de feuilles et de cailloux. Plus on avance, plus je me dis que j'ai bien fais de courir avec Nata, sinon ça aurait été un bon terrain pour se blesser: le terrain idéal tout pour se faire une cheville. On arrive comme ça au second ravito, près du 11ème kilomètre. On reboit un coup et la bénévole nous dit qu'au prochain il y a même des pizzas, il ne fallait rien de plus pour qu'on mette le turbo !

début de la montée sèche encore la moitié !bonjour les vaches

On repart aussitôt pour aller chercher les pizzas, ça remonte un peu et on recolle une fille devant (qui nous a rattrapé dans la descente et doublé pendant qu'on se ravitaillait !) mais on se fait également doubler par une autre fille. J'essaie de transmettre par la pensée un peu de mon esprit de compétition à Nata mais ça marche pas, les filles prennent le large tout doucement. Ça vallonne, on arrive sur une zone dégagée avec une superbe vue sur la chaîne alpine sur notre gauche, waouh, on aurait presque envie de s'arrêter, s'asseoir au calme au milieu des vaches et admirer la vue. Mais non ! On descend encore un peu et on atteint le 3ème ravito, le fameux ravito-pizzas !! C'est une super idée, ça amène tellement de convivialité (peut-être même que ça amènera Sylvain Court, le champion du monde de Trail pour qui la pizza est repas fétiche d'avant course). Par contre, note pour l'année prochaine si vous refaites des pizzas, pensez à en faire des végératiennes ;-) ! On prend le temps de discuter avec les bénévoles, je regarde leur four à pizza, c'est trop cool ! On prend la photo avec le pizzaiolo (que je ne mets pas car on a vraiment des têtes de vainqueurs dessus, je censure !), j'engouffre une petite part et on repart !

avec la vue sur les alpes

beau four à pain 

un petit creux?

Le début de la deuxième montée arrive, au programme: 600m de dénivelé sur 4km, avec une portion bien montante les deux premiers kilomètres. Nata a une petite baisse de rythme, alors je passe devant pour essayer de donner un rythme, elle n'a plus qu'à me suivre sans penser à rien. On rattrape deux mecs devant et au fur et à mesure on arrive même à recoller un groupe avec deux filles. Pendant la montée, on a une super jolie vue sur la vallée, avec la végétation toute verdoyante, c'est trop beau, et en arrivant au sommet, on est récompensé avec une magnifique vue sur les Alpes si on se retourne ! Nata se remet à trotter, moi je trotte, je marche à grand pas et je prends des photos, Enjoy ! On arrive au dernier ravito avec encore des pizzas, mais j'en reprends pas, j'ai déjà du mal à manger pendant une course (eh oui, en courant c'est le seul moment où je n'ai pas faim...!) alors la pizza c'est pas le mieux quand même. Convivialité=1, digestion=0.

belle vallée

début de la deuxième bosse course à obstacle ?

A la recherche des Princes 

pissenlit et Alpes 

A partir de là, tous les parcours se rejoignent donc on retrouve les participants de la marche et du 17km. Merci à tous ceux qui se sont décalés pour nous laisser passer : "Attention coureurs" et tout le groupe se range sur le côté ! On arrive à doubler une fille sur un petit pan de replat pendant laquelle elle semble mal mais finalement elle dévale et nous remet une grand avance ensuite dans la descente. La descente est assez pentue et avec pleins de petits cailloux partout, comme je n'aime pas ;-) à tel point que j'ai parfois du mal à rester à l'allure de Nata, surtout que j'ai chopé un point de côté ! On passe à un endroit dégagé avec une trop belle vue sur le Rhône, obligé je m'arrête quelques secondes pour immortaliser cet instant. 

on attaque la descente Vue sur le Rhone 

Waouh

Retour à Seyssel

On descend encore et encore, dans la forêt au début puis on rejoint un petit chemin forestier sur lequel on croise de plus en plus de monde. On passe devant une très jolie maison et devant un beau champs de Colza. En souvenir de notre photo d'enfance "Toutes roses dans le colza", on se prend un petit selfie pour immortaliser ce moment.

Flashback 26 ans en arrière Complicité naturelle

Finalement, on retombe le long du Rhône, sur la piste cyclable qui mène à Seyssel. Reste à peine plus d'un kilomètre, le plat, c'est mon dada, j'allonge la foulée en espérant que Nata tienne le rythme pour finir sous les 3h30 ! On rejoint un mec avec qui on a joué le jeu, tu me doubles, je te double ! Il me dit de ne pas craquer mais à la fin m'énerve un peu, si je ralentis c'est pour finir avec ma soeur, si j'avais joué le temps, je serai déjà arrivée (haha, prétentieuse...) Bref on réussit à franchir la ligne d'arrivée en 3h28, contrat rempli, moins de 3h30 et surtout, aucune blessure pour les vacances !!

petit coin de paradis

3km restant dernière ligne droite

18403983_734206800086207_8666403989997545992_o

Source : page Facebook des Princes en Foulées

On discute un peu avec la fille qui nous a semée dans la descente tout en grignotant les restes du ravito mais il y a presque plus rien, snif je n'aurai pas ma cure d'orange. Tant pis, on est plein de bonnes ondes de cette jolie balade, on récupère les affaires et on marche jusqu'au gymnase pour se prendre une petite douche. Et quel beau gymnase, ça donne envie de jouer au hand ! Un grand terrain avec de beaux angles pour l'ailière droite que j'étais, ça me rend nostalgique.

Après une bonne douche on retourne à la maison de pays et on regarde les résultats. On arrive 96ème/202 au scratch, et 11ème femme/37, avec la place de 4ème senior femme, on aurait presque pu accrocher un podium finalement. Ce n'est que partie remise. On regarde le classement sur la montée sèche et je réussi à me classer 3ème femme. Haha mon esprit compétiteur est content !

On assiste donc à la remise des prix, du 17km et du 27km en sirotant notre boisson gratuite et je monte sur le podium pour la montée sèche (d'ailleurs je me suis trompée de marche, je suis montée sur la 2ème place parce que la 2ème qui est également la 1ère du 27km était absente au moment des faits, mais ne vous inquiétez pas, j'ai bien eu le lot de la 3ème !) C'est marrant la première gagne un tee-shirt à pois de meilleur grimpeur, c'est bien trouvé ! Je découvre mon lot, je vois un truc rouge: un joli pull Salomon (trop bien !) et je sens un truc gros et dur et c'est .... une énorme poêle-wok Tefal !! J'suis méga heureuse :-D, c'est con, c'est simple mais je suis trop contente de ma poêle ! Merci mes gambettes d'avoir souffert dans cette montée et merci aux organisateurs et partenaires pour ce cadeau !

On repart de Seyssel autour des 14h30 et on rentre direct à Thonon (au départ Nata voulait aller faire les boutiques à Annecy mais j'avais vraiment pas envie, je préfère buller au soleil au bord du lac). On pose vite fait les affaires et on tire direct à la plage de la pinède avec des petits sandwichs car on commence à avoir bien la dalle. On mange tranquille, on fait la sieste, et tel un rituel, je vais tremper les jambes dans le lac quelques minutes pour la récup'. Et comme c'est dur de rester debout dans de l'eau glacée à attendre, je me dis que finalement c'est peut-être moins dur d'y aller en entier et de faire quelques brasses,

allez hop !

un repas et un repos bien mérités Récompenses !

cryothérapie naturelle

 

Petit coup de gueule du jour : si on court dans la nature, c'est qu'on la respecte.

Alors faites attention quand vous mangez des barres ou des gels ou n'importe quoi avec un emballage. Je sais que parfois, on mange une barre, on met vite fait le papier dans une poche et malheureusement il tombe, je sais que dans ces cas là, ce n'est pas intentionnel, ça peut arriver. Ca arriverait moins si on consommait des trucs fait maison sans emballage ou si on essaie de faire plus attention mais faut pas rêver non plus (faudrait pas perdre 5 secondes sur son temps final non plus...). Mais parfois, j'ai quand même des doutes, car aujourd'hui j'ai quand même ramassé deux tubes de gel qui sont quand même assez gros, je les vois mal s'échapper d'une poche sans que le coureur s'en aperçoive. Par contre, j'imagine assez bien quelques connards les lâcher par terre pour éviter de salir leur joli sac Salomon tout-beau tout-neuf avec le reste de gel chimique tout coulant. (Ah c'est sur que c'est pas agréable de laver son sac quand ledit gel a coulé partout, je le sais, je l'ai fait ce week-end vu que j'ai ramassé vos ordures...)

Donc à tous les coureurs, prennez le temps de bien enfoncer votre emballage au fin fond d'une poche pour être sur qu'il ne tente pas de s'enfuir, la nature vous remerciera et votre chrono n'en patira pas pour autant, mais votre estime de vous grandira...

autres sortes de trophées...

Garmin : https://connect.garmin.com/modern/activity/1691801047

Résultats - 27km : les_princes_en_foulees_27 & montée sèche : les_princes_en_foulees_meilleur_grimpeur

Articles de François Vanlaton : Les Princes en Foulées, premier volet, Les Princes en Foulées, favoris et outsiders et Les Princes en Foulées, résultats.

parcours topographie