Petit revirement de situation en août, après une visite chez un médecin du sport suivi d'une séance chez l'ostéo, j'ai officiellement le feu vert pour courir. Tranquille, en respectant la douleur, mais c'est ok, et ça change un peu tout dans ma tête. Quand on te dit qu'il faut que tu te reposes, tu culpabilises un peu à courir et tu fais attention de pas trop appuyé sur la cheville fragile. Mais quand on te dit, cours, tu te sens plus légère et tu fais attention de pas modifier ta façon de courir car à force de ne pas appuyer sur la cheville fragile, tu compenses et tu cours sur l'extérieur du pied et c'est pas bon ! Donc je reprends tranquillement l'entrainement mi-août avec 1 footing et 1 parcours santé par semaine, et de belles rando-footing le week-end (le pic de Borée, la Tournette et la Dent d'Oche). Et je me dis que cette course à laquelle je suis inscrite depuis quelques mois, celle là, je vais pas être obligée de l'annuler ! En plus, j'avais enrolée Nata pour la faire avec moi. Donc je décide d'y participer mais de faire attention, de la prendre plus tranquille et de courir au rythme de Nata. Déja à Mada, je voulais faire une étape avec elle mais on a jamais réussi à passer la ligne d'arrivée ensemble. Là, c'est l'occasion de faire une reprise sans me donner à 200% comme je pourrais le faire sur une course où je suis seule, et de pousser un peu Nata dans ses retranchements. 

Donc au programme du samedi matin, 25km et 1400m de dénivelé dans les sentiers boisés du Semnoz, près d'Annecy. Réveil à 5h20, pour un samedi, c'est un peu dur mais ça passe. Je pars à 6h de Thonon et retrouve Nata à 7h10 à Annecy. On part ensemble pour Sévrier, on se gare et retire les dossards. Petit cadeau de bienvenue, un super bandeau "Trail Semnoz Tour", on se marre un peu en l'essayant, ça nous fait des têtes de vainqueurs ! Mais il est assez confortable malgré tout, pour cet hiver ça sera agréable pour les oreilles. On s'habille, Nata me demande de lui faire une natte, c'est parti pour une tresse africaine, pour la course c'est le mieux, ça tient bien les cheveux et ça fait guerrière, et moi je me fais une queue haute suivie d'une natte en épi. Une fois coiffées et habillées, on se dirige près du départ, je m'étire les mollets doucement (conseil d'ostéo, étirement tout doux avant de courir, ça permet d'échauffer les articulations et les muscles), on trottine 5' et on se dirige vers le départ. Le speaker fait son speech habituel, pas mal de blabla et d'un coup j'entends "Götz Lou, 3ème au trail de Paladru (...), Attention à Lou !" Haha ça me fait marré, c'est vrai que j'ai fais quelques petits podiums mais j'ai vraiment pas la prétention d'en faire à chaque fois ! Encore moins avec cette cheville pourrie, donc on se marre un peu avec Nata, et on entre dans le sas de départ. 

Selfie de départ ! Prête !

l'aire de départ au bord du lac 

5, 4, 3, 2, 1 Partez ! Le départ est donné, ça commence en montant pour sortir de la ville de Sévrier, on part pas trop vite mais on a quand même une bonne allure de départ. Ca ralenti déja 200m après le départ, nous on garde le rythme et on double pas mal de gens. On passe devant de belles maisons qui ont une vue incroyable sur le lac, et on entre dans les sentiers forestiers du Semnoz. Certains marchent déja alors on les double, Nata est plutôt du genre à courir le plus possible, sinon ça casse son rythme, donc on double en trottant petit à petit les gens qui marchent. Au bout d'1,5km, l'organisation nous avait prévenu, ça bouchonnera, et ça a pas loupé, un bon bouchon, et une attente de presque 5 minutes à en croire ma montre Garmin. Ca permet de récupérer un peu, mais ça casse vraiment le rythme et l'ambiance de la course. Je trouve que la course mériterait un petit tour en plus dans la ville pour étirer le peloton. On se marre, on râle en rigolant, on prend une petite photo. En fait c'est un petit passage en pierre sur 2m qui provoque le bouchon. On le passe, et on continue.

ça bouchonne alors on prend des photos ça bouchonne, on pose ! 

Les 4-5 premiers kilomètres montent progressivement avec 400m de dénivelé, ça alterne plat et montée et Nata m'impressionne, elle court pratiquement tout le temps quand les autres marchent, et sur le plat, elle a une bonne allure. Je la mets en garde quand même, "te crames pas!" mais elle me dit que ça va, alors on continue, c'est bien on double pas mal de personnes, des filles aussi. On traverse la route qui monte au semnoz, où on avait fait un barbecue un midi, et là je sens que Nata a une petite baisse de régime, elle marche là ou au début elle aurait couru, je me mets devant elle et marche à bonne allure pour qu'elle suive à mon rythme. Je lui passe une petite pate de fruit à la banane (elles sont trop bonnes celle là), et on continue en alternant marche dans les montées, course sur le plat. Le parcours est super sympa, la plupart dans la forêt, c'est super agréable surtout par cette chaleur, avec des petites ouvertures sur le lac de temps en temps.

Vue sur le lac vue sur le lac

les sentiers en forêt

On quitte la forêt et on arrive sur un chemin pour entrer dans un village (Quintal) au bout de 11km, et on voit les gens aller dans l'autre sens, c'est quoi ce bordel, c'est par où le chemin? On comprend ensuite que le ravito est là bas, donc ça fait une mini boucle de 200m pour aller au ravito et repartir, mais c'est un peu ambiguë, il manque peut-être une personne pour indiquer et dire qu'il faut vraiment passer par là, sinon en croyant s'être trompé, tu peux repartir direct sans passer par le ravito et gagner bien 500m et quelques minutes sans forcément vouloir tricher, juste en pensant que les autres se sont trompés de chemin et font demi-tour. Donc un passage un peu bizarre pour arriver finalement au ravito. Je sais que Nata aime bien s'arrêter au ravito, pour boire son petit verre de coca et grignoter quelques trucs. Moi généralement, je ne m'arrête pas. Mais là, je respecte sa course, elle boit son petit coca, mange un bout de fromage, du chocolat et on repart après 2' de ravito. Juste avant le ravito, on avait doublé 2-3 filles mais avec la pause, on sait plus trop si elles sont devant ou derrière, on en rattrape une, puis une autre qui marche déja sur du plat, je me dis qu'elle va en chié ensuite quand même, mais courage à elle. C'est plat, mais on sait que LA grosse montée de la course va pas tarder.

au ravito

D'ailleurs, on voit le Semnoz sur la gauche et je dis à Nata que je pense qu'on va monter la haut ! Ca commence à monter un peu, on marche rapidement parfois, on trottine, on redouble une fille en bâtons. Et la voilà la grosse montée, dans la forêt heureusement parce qu'avec la chaleur d'aujourd'hui, je pense qu'elle aurait été 2 fois plus dure si c'était dans les cailloux en pleine cagna. Je me mets devant Nata pour lui dicter le rythme puis je sens qu'elle a du mal quand même, alors je me mets derrière elle et là, (beaucoup d'hommes seraient jaloux de moi et d'elle) je mets ma main en haut des fesses et pousse un peu à chaque pas. Ca l'aide mentalement et physiquement, car de toute façon si elle s'arrête, moi je m'arrête pas et la pousse ! On monte, on regarde en haut, la montée n'en finit pas, les jambes commencent à piquer un peu, moi c'est plus le genou droit qui me fait un peu mal, et c'est vrai qu'on a l'impression qu'elle ne s'arrête jamais cette montée. Au final, on a pris 600m de dénivelé en 4km avec le bon coup de cul ! Encore des petits passages en montée mais ça s'arrête vite et la descente ne va pas tarder à commencer, à partir du 17ème kilomètre, toujours en forêt, c'est dommage j'aurais espérer une petite vue sur Annecy ou sur la vallée qui descend à Chambéry, mais je crois qu'il n'y en avait pas à ce moment là (ou alors je l'ai raté).

 jolie vue sur la vallée

Je me souviens plus trop du début de la descente, je suis un peu fatiguée et le ventre est un peu douloureux, je crois que mon organisme n'est pas le même que Nata, et le coca c'est pas tant pour moi pendant les courses ! Je fais une petite pause pipi, Nata part devant et je dévalle la descente pour la rattraper, je manque de me ramasser en trébuchant sur une racine, faut vraiment que je fasse gaffe, c'est pas la première fois que je trébuche aujourd'hui, ça serait dommage de s'éclater la face sur les rochers ! Je me fais plaisir en prenant un peu de vitesse pour la rattraper, c'est marrant. Et on descend, tranquillement pas trop vite car après 20km, on est quand même fatiguées donc il faut faire attention. Manque de pot, un peu après le 22ème kilomètre, j'entends un cri derrière moi, et une Nata par terre, la cheville est partie. Elle s'assoit, on fait le point. Un mec qui montait dans l'autre sens, très gentil, se propose pour rester avec elle et finir et me dis de continuer et de faire ma course. Je m'en fous un peu, si j'avais voulu faire ma course, j'aurais pas été avec Nata, le but aujourd'hui c'était de réussir à franchir une ligne d'arrivée ensemble. Je suis un peu dégoutée si je dois l'abandonner là. Donc elle se remet debout et marche un peu, et se rend compte que ça va, elle arrive à marcher sans trop de mal, on marche sur une vingtaine de mètres, puis on reprend en trottinant doucement. Ouf ! On entre ensuite dans une portion descente technique donc on fait tranquille, mieux vaut assurer et ne pas retordre la cheville ou tomber. Avec la pause cheville, on a perdu encore 3' mais on s'était pas fait doubler par des filles. Mais il y en a une qui nous colle derrière maintenant et elle nous double en descendant un peu plus vite que nous dans la descente.

petite plaine passage dans les bois

Après la partie technique, ça descend encore mais plus doucement, super sympa à courir, avec des petites portions plates et des mini montées, dans lesquelles les gens marchent, et nous on court encore donc on redouble quelques coureurs. On passe sur un chemin avec une petite vue dégagée sur le lac, petite pause photo, je trébuche encore en rattrapant Nata ! et on redescend dans la ville de Sévrier, plus que quelques centaines de mètres avant l'arrivée, une dernière mini montée, on passe sous un pont pour traverser la route, et on arrive devant la jolie église qui sonne les 12 coups de midi. On franchit la ligne d'arrivée ensemble et Nata se fait bippé avant moi ! Résultats: on finit en 3:33:33, 135/291, 18 et 19ème femme. C'est pas mal ! En tout cas, je suis fière de ma grande soeur, elle a vraiment bien couru.

pour finir avec une jolie vue sur le lac pour finir avec une jolie vue sur le lac

petit passage sous-terrain l'arrivée est proche

Le speaker voit nos noms et me dis qu'il pensait me voir arriver avant ! Je réponds que je voulais courir avec ma soeur, mais franchement c'est la bonne excuse car je n'aurais pas fait de performances si j'avais couru à fond. Je sens encore la cheville et j'ai quand même perdu de la forme avec ces 3 derniers mois à moitié en repos. Mais je suis contente d'avoir couru avec elle, c'est vraiment sympa de la pousser et la motiver. Après, notre temps est largement améliorable: en partant plus vite on aurait pu éviter le bouchon du début, en s'arrêtant un peu moins longtemps au ravito et en se tordant pas la cheville, je pense qu'on aurait pu gagner une dizaine de minutes. Avec un peu plus de séances fractionnées et des sorties longues en montagne avec sa petite soeur, et on taquinera le top 10 féminin ensemble ! Pour ma performance, si j'avais été seule, je pense que j'aurais couru plus vite sur les parties roulantes plates ou descendantes, et peut-être finir autour des 3h10. Mais ça, on peut pas le deviner !  Peut-être l'an prochain si je participe de nouveau à cette course. Je pense que faire un podium aurait été très tendu, la première finit en 2h45, et mets 12' à la deuxième. Le podium féminin finit la course en à peine 3h.

on franchit la ligne main dans la main ! 

Après ce bel effort, on squatte pas mal le ravito d'arrivée, on se prend une assiette que l'on rempli de pain, fromage, chocolat, fruits et on se pose au bord de l'eau pour manger tranquillement. Le fromage est vraiment bon ! On retourne à la voiture pour changer de tenue, on troque les tenues transpirantes par les maillots de bain et on va glander une petite heure au bord du lac, on l'a bien mérité. On nage un peu pour détendre le corps, ça fait du bien et on se pose sur les serviettes.

ravito bien complet, merci !

une baignade bien méritée

On repart de la plage  vers 14h, on fait une petite pause par Annecy pour aller rapidement au centre Courier, à H&M, on se prend un bon jus de fruits pressés, et on rentre à Thonon. Petit passage à la foire de crêtes pour faire un tour de manège et s'offrir une énorme gaufre chocolat-chantilly !

Et pour finir la journée en beauté, on se fait inviter au resto par notre beau-frère pour l'anniversaire des petits neveux !

après l'effort, le réconfort

 

"aucun succès ne vaut plus que le temps passé entre soeurs", merci pour cette journée !


 

Lien garmin : https://connect.garmin.com/modern/activity/1335929863

Screen Shot 2016-09-04 at 4Screen Shot 2016-09-04 at 4