Après avoir enchainé deux week-ends de courses (et pas des moindres), que dit l’adage ? "Jamais deux sans trois !" Oui je sais, c’est pas du tout raisonnable. Je ne me suis pas (encore) blessée cette année, et même si je touche du bois, je sais que je tente un peu trop le diable. Mais Christelle et les amis à Terre de Running me tentent, et il en faut peu pour me convaincre à raccrocher le dossard sur l’Allingeoise. Parce que oui, c’est pas comme si c’était un trail qu’on connait pas, non, c’est l’Allingeoise, course très sympathique que j’ai déja fait 2 fois je crois. D’ailleurs en 2017, c’est là, deux semaines avant Mada, que je me suis refais un peu mal à la cheville. Bref, je craque et m’inscris, mais je réussis à me retenir un peu et à la faire sans me mettre dans le rouge (enfin c'est vite dit, quand tu regardes l'analyse Garmin et que tu vois que je suis à 65% dans la zone 5... humhum). Sur les 10 premiers kilomètres qui sont relativement roulants, je reste en mode footing rapide, puis comme je me sens bien, j’accélère au fur et à mesure et réussi à accrocher une 8ème place en bouclant ces 19km-700m+ en 1h52. En plus, ma soeur Vaness, Stef, Mahé et Anoa étaient là pour m’encourager, ainsi que tout pleins de potes de TDR, alors ça donne vraiment des ailes ces encouragements, merci à vous tous ! L'aprèm, en mode posée, je m'amuse à faire pleins de petits desserts autour de la rhubarbe : tartelette, avec ou sans battu, petit paté, et même un flan (le flan, ça déchire).

Lien Garmin : https://connect.garmin.com/modern/activity/3663343844

mes supportrices !

la montée de la Maladière Petits desserts rhubarbeux 

Et une nouvelle semaine reprend, une semaine qui devait être semaine de repos. Mouais. Re-quoi ? Je décide clairement (dans ma tête, parce que je suis pas encore inscrite) de participer au triathlon de Thonon, le 10 juin. Mais ça fait un bail que j’ai pas fait de vélo, je décide donc d’aller repérer le parcours, sachant qu’il emprunte le début du col du Feu. Et bon quitte à faire le début, autant le monter ce col. Donc ce qui devait être une petite sortie tranquille s’est transformé en 47km-800m+ après une journée de boulot. Idem pour le mercredi, la “petite” sortie avec les Leman Trail au Mont Pèlerin. Je pensais qu’il y aurait d’autres filles, potentiellement de niveau égal ou plus faible que le mien, donc je n’aurai pas du me mettre dans le rouge. Elles m’ont toutes lachées et je me suis retrouvé avec 3 mecs, qui courent bien. Les cuissots lourds du vélo de la veille se sentent. Dur, surtout avec le retour à Thonon à 22h. Et il ne faut pas oublier qu’il y a le boulot ensuite le lendemain. Et je renchaine, footing Terre de Running le jeudi, parce que bon c’est les copains alors on y va, et on fait tranquillou. Bref sympa ma semaine de repos hein !

Lien Garmin : Mont Pèlerin : https://connect.garmin.com/modern/activity/3674091463

Les vignes de Lavaux

Les belles couleurs de fin du jour La vue sur les plus belles montagnes

 Sortie au Mont Pèlerin, avec de belles vues sur les plus belles montagnes

Arrive le vendredi soir, ouf, je souffle ! Mais étant cramée, je me goinfre comme la grosse que je suis quand j’ai mes petites crises de bouffe, honte et culpabilité à moi... Ya encore du boulot à faire là dessus...
Et pas de course de prévu ce week-end, mais on va quand même bouger un peu, vu qu’il fait beau, faut que je rentabilise Beber. Et je décide d’embarquer Nata pour une virée dans le Jura. Un petit moment entre soeurs, ça fait longtemps et ça fait du bien. Ca tombe bien, elle finit le boulot à 14h samedi et a son dimanche de libre. Je planifie le week-end : repère un resto qu’à l’air cool : l'Auberge du Hérisson, booké pour le samedi soir. Je repère 2-3 coins pour poser Beber pour la nuit sur park4night.com, puis repère un tour d’une vingtaine de kilomètres sur ViewRanger pour une rando-footing le dimanche matin. Nata elle est en all-inclusive, elle suit ! (mais elle pourra quand même choisir son menu au resto ce soir ;-) ).

Puisée à la source

Alors c’est parti, je la récupère à 16h, on arrive dans le Jura, à la Chaux-du-Dombief vers 18h. On repère le 1er coin nuit, sur le parking du Belvédère des 4 lacs. Le parking n’a rien d’extra, mais le belvédère, à seulement 200m déglingue. On a la vue sur les 4 lacs, c’est so beautiful. Ca nous semble pas mal pour dormir, assez à l’écart des gens. On redescend à l’auberge du Hérisson, et on va se balader vers les premières cascades en guise de marche pour nous ouvrir l’appétit. C’est trop beau quand même le Jura, tellement différent des montagnes des Alpes, une beauté simple et naturelle.

Contemplation

Nata au saut de la Forge Tel un saumon qui remonte la cascade

Je sais, je suis tordue comme fille... En fait j'imitais le saumon en train de remonter la rivière...

On se pose ensuite sur la terrasse de l’Auberge pour boire notre petit apéro, un kir aux myrtilles. Et d’un coup, un homme, assez agé, sort de l’auberge et nous dit : “Cette auberge est une honte, ils ont refusé de me préparer une omelette au comté”. Nata et moi, on se regarde et on se force à ne pas éclater de rire. Le mec nous tape la discute pendant 5 bonnes minutes : “C’est mal élevé, ils ont des oeufs, du comté, ils peuvent me faire une omelette”. ça nous fait penser à l’épisode de la crêpe au sucre des Bronzés ! Il nous demande si on reste quand même manger là. Bah oui, nous on a pas forcément besoin d’une omelette, les bons plats à la carte nous suffiront. Et il finit par s’en aller en criant “omelette aux morilles !” (au final, on a pas vraiment compris si c’était aux morilles ou au comté qu’il voulait son omelette…). Bref, on rentre donc à notre table à l’intérieur et on se fait un bon petit festin : des escargots au morbier et un millefeuille aux morilles en entrée, de la truite sauce vin jaune et du sandre sauce aux morilles en plat, servis avec des tagliatelles cuites à la perfection et des petits légumes, On enchaine avec 3 petits morceaux de fromage (tomme, morbier, comté), et un café gourmand pour Nata, une crème brulée pour moi. Au top, le tout pour un peu moins de 80€ pour deux. Les plats sont simples mais délicieux, en quantité raisonnable, avec un maximum de produits locaux.

Le choix est dur...!

escargots au morbier truite au vin Jaune

café gourmand  Crème brulée

Après ce bon repas, on va repérer un autre coin potentiel pour dormir, au bord du lac, mais il y a déja une voiture alors on décide de remonter à notre parking du Belvédère. On va rejeter un coup d’oeil au Belvédère puis on s’endort dans Beber, avec le naton-laveur de Nata qui monte la garde et fait la séparation des espaces du lit.
Heureusement qu’on est pas plus grandes quand même, parce que le lit de Beber, est pile-poil juste, on touche un peu le coffre parfois. Mais on y dort bien, il ne fait pas froid. On se réveille vers 6h et on traine dans le lit, on ouvre au fur et à mesure les volets, on écoute les oiseaux chanter et on décide quand même d’émerger du lit pour aller prendre notre petit déjeuner au belvédère. Seul hic, j’ai oublié mon petit réchaud, alors on est obligé de faire chauffer l’eau pour le café sur Beber, et ça prend un peu de temps. On transporte notre eau chaude, la baguette, le Nocciolata, le miel, la compote et la table “attaché-case” à notre belvédère et on se fait un petit dèj 5 étoiles, trop la classe, c’est trop beau, et il ne fait même pas froid. L’été arrive !

E.T. s'invite chez Beber A travers l'oreiller

Petit dèj 5 étoiles

On remballe, on se prépare et on va reposer la voiture au bord du lac. Seul hic, j’avais pas enregistré la carte ViewRanger pour qu’elle soit dispo hors connexion, et je capte pas tout le temps très bien, et ma batterie fait un peu n’importe quoi. Je prends quelques photos du parcours et repère de mémoire les chemins et c’est parti, si on se perd, bah on improvisera. On remonte à notre belvédère en passant par le Pic de l’Aigle, rooh, avec le soleil c’est vraiment magnifique ces lacs, c’est pas Nata qui vous dira le contraire. On s’extasie devant les nuances de bleu et de vert dans le lac, devant la forêt de hêtres et d’épicéas, devant le petit chamois qui déboule devant nous. C’est quoi le bonheur ? c’est ça ! Entre soeurs, en forêt dans la nature, avec des vues simples, simplement à couper le souffle. 

Montée au pic de l'aigle 

Panorama au pic de l'Aigle

encore une, parce que c'est trop beau ici

Sauvage...! Dégradé de vert et bleu

On alterne entre trot, marche et observation sur la crête du lac, avant de redescendre au bord du petit Maclu. On continue un petit chemin dans la forêt et on longe le lac de Narlay, sur de la piste blanche cette fois. C’est bien de faire en rando-footing, sinon certaines parties seraient un peu longues. On rejoint le village du Frasnois. Et on se pose un petit coup sur un banc au soleil, le temps de manger un tradichoc (un pain+chocolat) et d’écouter la chanson du hérisson que j’ai dans la tête depuis hier. Et on repart tranquillou en trottant pour rejoindre la “fromagerie” et à baver devant la carte du resto, un peu le même genre qu’à l’auberge, de bons produits locaux alléchants. Miam ! mais nan c’est pas l’heure de manger, c’est l’heure aller voir les cascades.

Entre lac et arbres

Petite pause en chanson

On continue notre route jusqu’au moulin Jeunet et on suit le chemin des cascades. Il est déja 11h, alors on est pas les seuls sur ce chemin super mignon et très accessible pour les familles. On trotte quand on peut, mais on marche la plupart du temps. Je trouve bien de faire les cascades dans notre sens, parce que les cascades sont de plus en plus impressionnantes et jolies. On s’extasie devant la cascade "Grand Saut" et on s’y approche, on voit que des gens passent derrière, alors ni une ni deux, on y va aussi. Waouh ! On visite aussi la grotte juste à coté, même si il y a des gens qui s'amusent à chanter “Mexxiiiiiico” et que ça résonne. Ahah il y a des tarés partout.

Cascade chateau Garnier

en haut du

A travers la Cascade Il pleut du Hérisson, ça pique !

Devant le Grand Saut Contemplation

Derrière le Grand Saut

On continue jusqu’à la cascade de l’éventail, superbe. En remontant, un photographe anglophone nous interpelle et nous demande de poser pour qu’il nous prenne en photo. On hésite un peu, on rigole, on se prend au jeu, mais pas trop longtemps non plus, il y a trop de monde qui passe, c’est gênant et on est pas des top model non plus ! Ca nous fait quand même bien rire et j’espère que le mec nous passera ses photos (sauf si elles sont vraiment pourries). On remonte le chemin à contre-sens et en passant devant une cascade, on se dit, oh ça donne envie de se baigner quand même. Ouais mais non, on se baignera au lac… Oh et pis allé, viens, ya un rayon de soleil ! On enlève le haut et c’est parti pour la petite séance de cryothérapie dans la cascade. Ca pique quand même les pieds cette fraicheur. Mais ça fait du bien de contenter ses pulsions naturelles telle que se jeter dans l’eau claire du Hérisson. On rechausse les baskets, trempées et on repart en trottant pour se réchauffer. Les gens nous prennent pour des dingues, mais on s’en fout. 

L'éventail Le

instant baignade

On remonte le petit chemin et on rejoint ainsi l’auberge du Hérisson puis Beber au bord du lac, après 22km, 700m+ en 3h30. On se change, on se pose un peu et on fait cuire du riz. Le petit inconvénient du Camping Gaz de Beber, c'est qu'il n'est pas très puissant et parfois exposé au vent. Alors ça met un peu trop longtemps à faire chauffer l'eau, puis le riz. Note pour plus tard : embarquer mon petit réchaud portable en rab pour ne pas être obligé d'attendre à la voiture pour faire à manger. On prend le temps de se reposer et de ranger un peu la voiture et on s'installe à 50m du parking, au bord du lac pour déguster notre riz-sauce tomate maison accompagné d'un oeuf. Simple mais délicieux. En dessert, on craque et on retourne à l'auberge du Hérisson pour se péter une crème brulée aux myrtilles (oui c'est pas bien pour la balance, mais c'est tellement bon). Il est déja 15h et Maman nous met la pression pour aller voter. C'est un peu le stress, le temps de reposer Nata à St-Ju (16h30) puis de rentrer à Thonon (17h30), de retrouver cette carte électorale et de filer au bureau de vote. Pffiou 17h50.

A voté !

 

Fière d'avoir pensé à prendre la passoire

Crème brulée aux myrtilles !

 

Relive: https://www.relive.cc/view/2398698463

Garmin: https://connect.garmin.com/modern/activity/3685606330

La chanson du hérisson