Les semaines s’enchaînent, c’est l’été. Après le trail des Crêtes, je m’octroie un peu de repos pour la récupération. Je cours moins, nage pour détendre les muscles et pédale pour le fun. On fait aussi quelques randos et bivouac, au col de Jaman, du côté de Montreux après la crémaillère d’un collègue, puis au lac de Montriond avec Papa et Maman (et on se fait engueuler parce que c'est interdit d'y camper). On monte aussi au Billiat, depuis le temps que je le vois, je peux enfin dire que j’y suis allée.
Puis le week-end du 08, j’avais envie de faire une course. A la base, je voulais embarquer Nata pour faire le 46km en duo en Vanoise. Mais elle ne s’est pas beaucoup entraînée et de mon côté, je suis fatiguée, et je crois qu’il y a encore pas mal de neige là bas, donc ça fera sûrement un peu too much. On abandonne la Vanoise, encore une fois. Tant pis, j’ai des ressources sur ma liste de trails et pioche un peu plus près : dans les Bauges, encore un trail en duo : 42km, avec moins de dénivelé, mais ça reste encore trop pour notre état de forme actuel. Tant pis on se repli sur le 21km, qui a l’air quand même plaisant et qui ne nous empêchera pas de profiter des beaux jours avant et après.
Le week-end arrive, je le commence en toute beauté avec un bivouac dans le Chablais, près de la pointe de Pelluaz, une petite montée tranquillou en testant mes nouveaux bâtons (oui j’ai pêché !), on se fait un petit repas bivouac sur la table d’orientation et on admire le coucher du soleil. Ça pèle quand même à Pelluaz ! On ne traîne pas et file dans ma nouvelle tente, bien calée entre la table d’orientation.
Les nuits en bivouac sont à double tranchants: soit tu dors super bien, soit super mal. Cette nuit, j’avais mal partout et n'arrivais pas à me caler correctement. Et à 3h j’ai une envie de faire pipi. T’es dans la tente, au chaud et tu hésites à t’extraire du sac et de la chaleur pour aller soulager ta vessie. Mais t’y vas quand même. Et là, tu es récompensée ! Les montagnes sont dessinées, noires sur gris, un ciel blindé d’étoiles, waouh, juste les plus beaux chiottes du monde ! Bref je retourne quand même dormir parce qu’il fait quand même fresh, à 3h du mat à 1700m dans le Chablais.
On se réveille donc à une heure plus raisonnable, quand le jour est levé et pointe son nez à côté de la dent d’Oche. On déjeune tranquille, on remballe et on redescend au Pré Richard.

 Vue du salon pour ce soir Et de la chambre

Pas trop le temps de traîner, deux trois courses par ci par là et je descends sur Annecy en fin d’après-midi, avec Ben. On retrouve Nata, on traine dans 2-3 boutiques et on monte en direction du Semnoz. On s’installe, on prépare la salade de pâtes (pasta party pour préparer le trail) et on installe le camp. Les heures défilent bien trop vite ces derniers temps. On se couche vers 22:30, il faut quand même un peu de repos pour être en forme pour demain.
Le départ est à 10:30 donc ça nous permet de mettre le réveil à une heure raisonnable : 6h30, avec un petite marge pour réussir à replier cette fameuse tente 2 secondes. On arrive au Chatelard, on se gare, récupère les dossards, se prépare et on a même le temps de se prendre un petit café-croissant avant de prendre la dernière navette qui nous monte au départ, à Bellecombe-en-Bauges. On arrive vers 10h00, encore 30´ pour trouver un petit coin pipi, s’échauffer en chantant "L’air du vent" de Pocahontas. Il fait déjà très chaud au soleil.

Un petit café, un petit croissant et c'est parti Entre les glaces et les bières, pas d'hésitation

Au départ de Bellecombes-en-Bauges 

Selfie Sisters Prêts !

10h30 arrive et le départ est donné. Ça monte direct, dur ! On est dans la queue du peloton vu qu’on n’était pas du tout affolées pour se regrouper au départ en plein soleil. Je prends mon petit rythme et abandonne rapidement Nata, chacune sa course aujourd’hui. Je double un peu parce que je sens que je vais finir bloquer dans tout ça. Et ça ne rate pas : toujours pareil, quand je pars vite pour éviter les bouchons, il n’y a pas de singles et quand je pars doucement, il y en a ! C’est pas grave, ça me permet de ne pas me cramer dès le début. De toute façon, je suis pas très fraîche en ce moment, trop de pensées en tête qui me fatiguent mentalement et deux nuits en bivouac, ce n’est pas la meilleur préparation pour un trail. Au final, je grappille quand même des places dans cette montée initiale de 4km-400m+, pendant 45’. On arrive au sommet et on redescend dans la vallée, je déroule encore les jambes et double des filles, mon esprit de compétition me demande combien il y en a encore devant ! On reste un peu sur du plat, avec la montagne qui fait l’objet de la deuxième montée de la course sur la gauche et si on prend le temps de regarder autour de soi, on aperçoit un bout du lac d’Annecy au loin. C’est super joli. On descend encore pour atteindre le 1er ravito au 7ème kilomètre et on attaque la deuxième montée d’environ 300m+. Je me remets à marcher et vois une fille devant.

 Petite fenêtre sur le lac d'Annecy joli parcours

Ça me motive, elle est à environ une minute devant et j’arrive quasi à la recoller à la fin de la montée. Le paysage est superbe, il y a pleins de jolies fleurs, j’apprécie. On arrive enfin en haut, mes cuisses me remercient et on attaque la descente. J’y vais "mora mora", pas envie de me blesser sur cette course. Donc la fille devant moi prend de l’avance et je perds l’espoir de la revoir. Tant pis, il faut juste espérer que j’aurai plus de peps qu’elle sur la fin. La première partie de la descente est relativement pentue, un peu technique et boueuse. Avec un petit groupe, on perd la trace du balisage en suivant les vaches qui nous accompagnent (et courent plus vite que nous). On retrouve finalement le balisage sans avoir trop coupé (je crois) et on reprend notre route. Après cette descente, ça se calme un peu et on peut dérouler. Je passe le 2ème ravito sans m’arrêter, et déroule. Apparement, je suis 7ème femme, ça va encore mais j’aimerais quand même bien retrouver la fille de tout à l’heure ! Il reste 5km, que de la descente (ou presque), je déroule dans le village de Doucy-en-Bauges, trempe ma casquette dans la fontaine au passage et laisse mes jambes me guider. Je rattrape finalement la fille dans le petit sous bois, à 2-3km de l’arrivée. Je la double, elle et encore une autre, et continue sur mon bon petit rythme. On rejoint le village du Chatelard par une interminable ligne droite bétonnée en faut plat montant, trop dur, je suis faible et marche par moment dans cette montée, avec une fille en rose au loin. Je la vois, j’ai envie de la rattraper mais je galère sur ce bitume. Arrivée en haut, au lieu de continuer dans le village, on bifurque sur la droite pour monter un bon petit coup de cul dans la forêt. Tout dans la tête et les cuisses, je force et réussis finalement à rattraper la fille en rose. Je la double, un peu honteuse de la doubler si près de la fin, mais elle est cuite ! Je reprends le trot sur le petit chemin forestier vallonné, j’ai semé mes poursuivants et je redescends pour rejoindre le stade du village. Je franchis la ligne d’arrivée en 2h38min, 4ème femme et 56ème au scratch. Un bon trail qui fait du bien.

dans les fleurs d'été Ca monte !

Accompagnés des vaches

Je squatte le ravito et descends plusieurs verres de sirop de menthe - st Yorre, ça passe bien. Je pique aussi un joli muffin et quelques fruits secs. Je me pose dans l’ombre et attends Nata. Elle arrive 30min après, toute contente de sa petite course qu’elle a pris tranquille. Elle se pose un peu, je remplis le questionnaire d’une thésarde sur le trail, la montagne et les Bauges. Puis on se décide pour aller se baigner un petit coup dans le Chéran en attendant la remise des prix. On trouve un endroit où y accéder facilement et on se fait notre petite séance de cryothérapie, c’est super agréable. On retourne au stade du Chatelard, mange notre repas (non inclus dans l’inscription : 10€ supplémentaire) composé de salade de tomates, du fameux combiné crozet/diot et de gâteau fait maison. Très bon. On attend la remise des prix, ils récompensent seulement le scratch mais les 5 premiers, donc j’obtiens quelques récompenses : pleins de petits trucs (une huile de massage à l'arnica, des barre Baouh, deux petits livres, un tee-shirt XXS, une jolie pochette, un opinel, des compléments alimentaires, un forfait de ski, un bon pour de la spiruline). On assiste aussi au tirage au sort, en savourant les glaces maison (choco-citron et vanille pour moi, fraise chocolat pour Nata). on a jamais de chance à la loterie mais un jour on y arrivera, on ne perd pas espoir. On repart donc vers 16h, je repose Nata à Annecy et reprends Dozi au passage qui a fait l’étape du tour (180kg d'Annecy au Grand-Bornand). Retour à Thonon et c'est reparti pour une semaine !

petit verre de St-Yorre-menthe pour la récup', hum ! Ticket repas !

Arrivée de Nata Cryothéraphie gratuite

toujours le fameux diot/crozet et la glace en récompense

trop bonnes ! retour à Annecy

récompenses

Garmin : https://connect.garmin.com/modern/activity/2836326762

Relive : https://www.relive.cc/view/1689616630

Résultats : trail_des_bauges_21

Topo parcours