Après un bon mois de mai rempli de vagabondage (je voulais faire un article mais n'ai pas encore réussi à le boucler), arrive une des seules courses que j’ai planifiée : le SwimRun. Déjà l’an dernier je voulais y participer mais les 4km de natation m’ont effrayé et je n’avais pas de binôme. Cette année, ils ont ouvert l’épreuve en solo mais c’est en binôme qu’on s’inscrit avec Dozi.
Après une semaine un peu bouleversée au boulot, les mini-vacances de 4 jours dans le sud vont faire du bien. Je pars tôt du boulot jeudi et on réussit à décoller vers 19h de Thonon, direction l’Ardèche, c’est Bidon : on fait une première escale chez son père, je découvre les campagnes ardéchoises avec un petit footing vendredi matin. Que je me sens lourde, entre la petite nuit de sommeil, la semaine perturbante et les allergies, je suis dans le gaz toute la journée, malgré le bon petit resto le midi chez Laurette (œuf cocotte au chèvre, salade ardéchoise et crème brûlée à la lavande), la sieste et la balade à Aiguèze. On déambule dans le village, se pose sur une pierre et admire l’Ardèche et le paysage, on goûte un petit smoothie (pomme-kiwi-citron-menthe pour moi et un combo bien trop compliqué à retenir pour Dozi). On bricole aussi notre pull-boy maison : deux trous, une chambre à air pour le maintenir sur la cuisse, et quelques dessins pour le fun.

Parée !

Je veux la même salle de PPG chez moi Petit footing dans les campagnes ardéchoises

jolie chenille beau scarabée

IMG_6054

IMG_6056

Le samedi, on se fait un tour au marché de Pont-Saint-Esprit, j’adore faire les marchés : je me ravitaille en fruits et légumes, miels, crème de châtaigne et olives en tout genre. Seul bémol, je trouve pas de petits biscuits à la farine châtaigne pour ramener aux collègues et aux parents. (tant pis il faudra que j'essaie d'en faire moi même. edit: je viens d'en faire ce week-end, un délice). On se balade une petite heure le long des Gorges, avec une petite baignade en prim’ avant de goûter les fameux encornets à la plancha du resto l’Estivant à Sauze, et de finir sur une petite touche sucrée avec une glace ardéchoise chataigne-vanille avec plein de chantilly !

Balade le long des Gorges de l'Ardèche

On quitte l'Ardèche vers 14h, avec plus de 3h de route pour rejoindre le lac de Sainte-Croix. C’est un peu relou toute cette route, surtout qu’il fait un temps magnifique mais c’est comme ça. On arrive vers 17h30, on retire les dossards, la combi ZEROD que j'avais loué (40€) et on retrouve Papa et Maman. On descend au lac pour essayer les combi et se mettre dans l’ambiance, on écoute le briefing à 19h30 puis on se pose à la plage de Chabassole pour installer le bivouac. Papa et Maman, avec leur berlingo-camp, nous prépare une pasta party 5 étoiles avec sauce bolognaise faite maison, petites olives, bière au miel et melon en apéro, et on finit par un bon clafoutis maison. Avec tout ça, on est paré pour demain !

Pasta party de luxe en mode bivouac Bon appétit petit pique-nique party

On dort dans le camion, garé un peu en pente, avec le nez pris à cause de ces allergies, et des bestioles qui s'amusent à nous courir dessus pendant la nuit, donc on est reposé mais on a quand même une petite forme. On déjeune avec les parents, des tartines et du thé, y’a que ça de bon. On se prépare rapidement et on retourne aux Salles sur Verdon, on pointe et on se met en tenue tranquillement. En attendant le départ, on s'équipe de la tenue finale : bonnet de bain, lunettes sur la tête, combi, on lace les baskets et tout le monde se regroupe au départ. Ça fait bizarre, on se croirait au départ d’un trail mais avec des gens en maillot de bain !

Le jour se lève sur le Verdon Petit dèj au lit pour maman ?

Le compte à rebours est lancé, et c’est parti pour quelques heures d’effort. On commence par un run de 1,7km pour étirer le peloton et descendre au bord du lac, et se lancer pour le Big Swim : environ 1,7km de natation (faut-il encore nager droit pour ne pas faire de rab). Je pars tranquille, je sais que la natation est mon point faible, je n’ai pas l’habitude de nager autant de kilomètres (on a en 4 en tout) et je prends mon rythme de croisière. Dozi reste à côté, c’est mon repère pour savoir si je vais droit. Beaucoup de gens tirent sur la gauche au bout d’un moment ça m’interpelle, mais des guides en kayak nous disent qu’on est bon, on a qu’à tirer tout droit. Cool ! C’est long quand même 1,7km de nat ! Je me repose parfois en brasse, ou compte le nombre de mouvements, regarde le fond vert à la recherche de poissons ou ferme les yeux. La combi commence à me frotter au niveau du cou, ça m'irrite un peu et j'ai peur que ça empire au fil des heures. Ah je me moquais de ceux qui s'étalaient de la vaseline, j'aurais du me taire et en mettre aussi. Au final le panneau jaune de sortie de l’eau se rapproche de plus en plus et voilà, le fameux big swim est terminé. Il n’y a plus grand monde derrière nous, ça fait déjà une heure que le départ a été donné, j’avance vraiment pas comparé aux autres en nat’ mais maintenant, on échange les rôles, c’est parti pour le Big Run : quasi 7km, avec 300m+.

 Départ d'un trail déguisé ?

C'est parti pour le big swim

Tous à l'eau ça brasse

Une horde de swimrunner

On commence par une longue montée dans la caillasse, et là c’est plus la même, on redouble pas mal d’équipes, et on atteint le premier ravito en haut de la montée. Je prends le temps de boire un grand verre d’eau et on est reparti pour courir sur le plateau, on a un bon rythme (peut-être trop ?) et on continue de doubler les gens. Ne vous inquiétez pas, vous me redoublerez peut-être en natation ! Je me fais plaisir dans la descente qui nous ramène au bord du lac, j’ai l’impression d’être une bonne descendeuses comparé aux autres. Par contre mon pull-boy n’est pas assez serré, il arrête pas de descendre et c’est un peu énervant. On replonge ensuite pour 800m de nage le long de la côte, les bras sont lourds au début et j’ai l’impression de ne plus avancer. En plus y’a des gens qui me rentrent dedans, y’a pas assez de place dans ce lac ? ! Ah enfin la terre ferme ! C’est reparti pour courater deux petits kilomètres et on replonge pour passer de l’autre côté. Ce 3ème swim d’environ 500m est une horreur, mes bras sont lourds comme des enclumes, je me force à chaque mouvement, fais beaucoup de pauses, brasse, pour retrouver le sol palpable. Maman et Papa sont là et nous encouragent, ça fait du bien. En plus c'est l'heure du ravito solide. Je me goinfre de bananes, un peu de chocolat, un bon verre d’eau et ça ira pour la fin de la course. On fait une petite boucle pour retourner dans l’eau. Je casse mon système pull boy en voulant le remettre, tant pis, va falloir serrer les cuisses et le tenir à la main.

Concentré sur le parcours l'importance de bien s'équiper

pull boy détruit :-( Comme un poisson dans l'eau

Le ridicule ne tue pas... Comme un poisson dans l'eau !

Ce 4ème swim passe bien, les bras sont frais et j’arrive à avoir un rythme correct pour moi. On repart pour un deuxième grand run de 5km, sur des singles au départ, on a du mal à redoubler les gens mais au moins on se repose un peu, on traverse la route et on est ensuite sur des plus gros chemins, on fait aussi un peu de route. Manque de pot, j'ai une envie pressante, il faut que je m'arrête sur le coté. Je vous laisse imaginer à quel point c'est pratique de s'arrêter pour une pause nature quand tu as un chasuble par dessus une combinaison mouillée et moulante. Il fallait le faire ! Bref, après cette petite pause, je me sens mieux et on repart de plus belle pour une descente jusqu'au lac. On replonge dans l'eau pour rejoindre la petite île de Costebelle situé à environ 400m. Je n'ai plus du tout les épaules lourdes, je file (bon ok, tout est relatif, en tout cas, je ne vois pas le temps passer) et je dois même attendre un peu Dozi qui commence à fatiguer des bras puisqu'il n'a pas utilisé ses jambes pour les 3 derniers kilomètres de natation. On longe le bord de l'ile sur quelques centaines de mètres et on replonge pour la dernière traversée qui nous ramène en bas des Salles sur Verdon. On remonte sur la berge avec une mini montée, mais le mec devant moi se chope une crampe juste dans cette montée toute argileuse. Je glisse, le pull-boy dans la main, je n'arrive pas à me raccrocher, on dégringole un peu tous les deux puis je le laisse en plan et réussis à grimper sur la berge (il était pas en danger, il avait simplement une crampe et si jamais, il y avait plein de gens autour, ne m'accusez pas de non-assistance à personne en danger). Un dernier coup d'oeil à la montre, 3h55, oh il va falloir se dépêcher pour finir en moins de 4h. Je repars de plus belle et il nous reste la der des der, le dernier coup de cul remontant au centre du village. On finit par marcher et franchir la ligne d'arrivée en 3h58, mission accomplie !

cadre magnifique  Nager dans l'eau turquoise du Verdon

Pffiou, je suis plein d'argile partout, on fait quelques photos finish et on récupère nos cadeaux souvenirs : un verre et une gourde SwimRunMan super classe. On retourne à la voiture et les parents nous abandonnent pour aller se poser sur notre petite plage. En attendant, nous on va se ravitailler : le ravito final est composé de plein de bons produits locaux (jambon, charcuterie, fromage, tapenade, cake, chocolat) avec du sirop ou de la bière, il y a en a pour tous les goûts. On traine, on mange, on boit, j'achète deux petites ceintures pour offrir à Papa et Maman puis on les rejoint à la plage. Je suis vraiment capout, je crois que les allergies me shootent. J'essaie de dormir, en vain, me baigne un peu pour décompresser.

Bouclé en moins de 4h

On repart en direction des Mées chez les parents, pour une fin d'aprèm tranquille : on rince les affaires, on les fait sécher, on se pose tranquille dehors, une bonne douche et on enchaine sur un bon petit apéro traditionnel : un bon kir avec des olives et la lupinade achetée la veille. On se régale avec de bonnes asperges, du bon poulet au citron mitonné par Papa et le reste de clafoutis avec une bonne boule de glace. Pour couronner le tout, on finit par un bon verre de rhum Diplomatico.

petite sieste de récup' les bonnes asperges

C'est parti pour une bonne nuit de sommeil. Toujours dans le gaz lundi matin, on se fait notre traditionnelle balade sur les Pénitents, en passant par la grotte qui les traverse. Après un dernier petit repas mitonné par Papa, on repart tranquillement sur Thonon. 

Les Pénitents passage sous les Mées

comment rentabiliser le temps de trajet Little Tobago

Stylé les récompenses

 

Garmin : https://connect.garmin.com/modern/activity/2767507689

Relive : https://www.relive.cc/view/g21480098623

Screen Shot 2018-06-18 at 4