Mercredi, c'est journée de repos et de transfert...

N'empêche qu'on se réveille quand même à 5h30 pour prendre le petit déjeuner (j'engouffre les petites crêpes !) et décoller de l'hôtel Princesse Tsirihibina aux alentours des 7h00 en taxi brousse. Nata est à la bourre, comme d'habitude, et monte dans le taxi par la fenêtre. On roule environ 1h avant d'atteindre le village-débarcadère où sont les chalands sur lesquels on va naviguer pendant 3 jours. Il n'y a pas assez d'eau alors on doit marcher quelques centaines de mètres pour rejoindre l'endroit où on pourra embarquer. Tous les enfants du village nous accompagnent, on a tout de suite une petite fille accrochée à chaque main. J'ai à ma gauche la téméraire Merena, qui déblatère sans arrêt je ne sais quoi en malgache et qui chante la chanson de Natacha. Et à ma droite, (sa sœur je crois) Biena, plus calme mais toute aussi gentille. Je leur donne chacune un ficelo (élastique) que j'ai autour du poignet et une barrette, elles sont toutes contentes.

Avec Merena et Biena de chaque coté On embarque !

Welcome aboard ! Les chalands malgaches

en mode coiffure et étirements

On les abandonne pour monter dans les chalands, de beaux bateaux colorés à deux étages : au premier, le moteur, la cuisine et deux longues tables, et 4 grands transats en haut. La famille Götz squatte direct les transats, pas forcément une bonne idée, vu la chaleur et l'absence d'ombre en fonction de la position du soleil. Ça traine un peu, le temps de charger les bateaux, nos affaires arrivent chargées à bloc sur une pirogue (faites que ça ne bascule pas, c'est là que tu te dis que t'aurais peut-être du prendre un sac étanche, juste au cas où). C'est parti, mais il n'y a toujours pas assez d'eau, ils sont obligés de pousser les bateaux. Au bout d'un moment c'est bon, ils peuvent mettre le moteur en marche et c'est parti le long de la Tsirihibine. Dixit doc Thierry: "La rivière, elle est pas sale, mais elle est pas propre non plus, alors faut éviter de la boire !". J'essaie de dormir, en vain, et je commence à avoir faim. On achète quelques gâteaux apéros en attendant le repas, et on admire le paysage. À 13h30, ça bouge dans la cuisine mais en fait ils servent déjà le bateau d'à côté (notre bateau est le bateau-cuisine). Une fois servi, c'est notre tour, un beau plateau de crudités, du riz cantonais et du steak de zébu, toujours un délice. On navigue toute l'aprèm, je fais un peu de Compex, je bouquine, on discute. L'équipage nous montre les animaux sur la berge, on aperçoit des petits crocodiles et des lémuriens, des flavus-rufus (les femelles sont rousses, les mâles plutôt gris). À 16h on s'arrête près d'un affluent avec, à 200m une magnifique cascade ! On s'y baigne un coup (ça fera la douche de la journée), on profite et on repart, en disant bonjour aux lémuriens du coin. Encore environ 1h de bateau, et on profite des belles couleurs de la tombée de la nuit.

Sur les chalands

Magnifique Eden 2

IMG_7974 IMG_7975

Jolie cascade et piscine naturelle

Le coucher de soleil sur la Tsirihibine

Quand on arrive enfin à l'aire du premier bivouac, la nuit est déjà tombée. Mais grâce à l'efficacité des gens de Mahay Expedition, les tentes sont toutes plus ou moins montées, on a juste à récupérer quelques affaires et s'installer (c'est ça le all-inclusive). On profite de l'ambiance bivouac autour du feu, à écouter les malgaches chanter les chansons locales et à regarder le beau ciel, pas tellement étoilé ce soir mais avec plein de nuages bougeant dans tous les sens, c'est magnifique. À 19h45, briefing pour l'étape de demain et on prend le repas sur le bateau, apéro rhum arrangé, soupe, légumes et brochettes de zébu !

Au menu, brochette de zébu

 

Jeudi 08 juin


L'effet bivouac se traduit sur moi par des réveils très matinaux, vers 5h ce matin là. Certains s'éloignent, c'est l'exode pour aller faire sa petite pause toilette, le rouleau de PQ à la main (les charmes du bivouac, ne faites pas les offensés !). On déjeune ensuite sur le bateau, avec les moyens du bord : du pain tellement dur qu'on l'appelle biscotte, du miel malgache, du gâteau et des fruits. Les enfants des villages aux alentours ont enlevé toutes les rubalises que Serge avait posées, alors le départ est repoussé, le temps de rejalonner le parcours. On traverse en bateau pour rejoindre le village de départ : Begidro (be:beaucoup, gidro:lémuriens). En attendant le départ, on traine dans le marché, on visite l'école, on se fait accrocher par des gosses, Maman aura une petite fille portant un bébé: Claudinette, et pour ma part, un petit Olivier qui lorgne sur ma montre, à ma droite forcément, et la petite Olivia à ma gauche.

Réveil au bord de la Tsirihibine

A Begidro, maman et la petite Claudinette Avec Olivier et Olivia !

 

Vers 8:30, on se regroupe et le départ est donné, au milieu de tous les villageois. On commence par quitter le village, avec une horde de gosses qui nous courent après, dont mon petit Olivier. On arrive sur les berges sablonneuses, donc on court tranquille pour commencer, on reste groupés. Les gosses qui nous suivent font la roue dans le sable alors on les imite, c'est aussi ça l'ambiance Madagascar ! Ils finissent quand même par abdiquer quand on quitte le sable et on continue notre chemin sur des petits singles entre des roseaux, au bord des rizières, c'est bien roulant, avec Adge, un jeune de l'équipage du bateau qui nous guide si jamais le balisage fait défaut. On se relaie avec Nata pour prendre la tête du petit groupe avec Denis, Lionel et Philippe, le Breton. Au 6ème km, Manoa le père de Fifa fait le guide et nous indique qu'il faut traverser un cours d'eau, adieu les baskets sèches, bonjour les conditions pour se faire de belles ampoules !

Gilles, son drapeau et les enfants

petites accrobaties pour faire passer la ligne droite En petit groupe, moins de chance de se perdre? 

A droite après la rivière, merci Manoa

On continue, je suis Nata et Adge sans vraiment regarder le balisage et on se retrouve dans un village, sans aucune indication du chemin nul part. On tourne un peu et on finit par faire demi-tour et retrouver les balises au pied d'une petite butte menant au village, il y avait un virage en épingle qu'on a zappé. Maintenant je regarderai bien ! Le groupe de Marc et Chantal nous a doublé. On redouble Francis aussi et j'accélère pour rattraper les gens. On arrive au ravito quand ils repartent, Nata boit son coca, on mange des fruits secs et elle traine avec son camelback qui fuit un peu, je m'impatiente à l'attendre alors je pars devant (surtout que les autres prennent le large, oui mon esprit de compétition prend parfois le dessus sur mon esprit fraternel).

Oups, il ne fallait pas monter au village, demi tour ! Ravito et rafistolage du camelback

Rien à dire... tout simplement magnifique

Je les rattrape rapidement et garde un bon petit rythme en repérant toujours la prochaine balise quand j'en atteins une, car il y a plein de petits chemins à droite et à gauche. Au 14ème j'arrive dans un village, tous les villageois et les écoliers en blouse rose pale sont dehors et nous encouragent, ça booste ! Je repars d'un bon pas, dans une portion un peu ombragée, ça vallonne tranquillement ensuite, avec la rivière et les rizières sur la droite, c'est magnifique. Mais je commence à fatiguer un peu. Je double Gérard en lui faisant un bisous au passage !

à gauche ou à droite du zébu ? 

Quel enthousiasme devant ces Wazahas !

Et après un bon petit coup de cul, j'arrive dans le village de Berevo (be:beaucoup, revo:embourbement). On passe devant la mairie, la place du village et on redescend jusqu'au débarcadère, avec pour finir, un petit kilomètre dans le sable. J'hésite tout le long et finis par enlever les baskets pour finir les 200 derniers mètres pieds nus. Au total, 21km relativement plat bouclés en 2h11'. La cheville est un peu douloureuse mais c'est supportable, on verra demain !

Jolis paysages de rizières

Nata arrive 10 minutes après moi, accompagnée de son guide Adge, qui a couru tout du long en claquette ! On boit un petit coca et on remonte au village pour aller à la rencontre de maman. On s'assoie devant la mairie et on encourage les participants. Gérard nous prend même en photo sans s'apercevoir qu'on est là. Pour la peine, on lui taxe 10'000 ariarys pour acheter des beignets et des barres aux cacahuètes. Maman arrive enfin, Nata achète les victualles et j'accompagne Maman jusqu'à l'arrivée.
Le coin d'arrivée est sympa, tout ombragé avec des bancs en bois, et le ravito est royal, Santatra continue à me mettre le crunch sous le nez, du coca et des yaourts à boire. On se pose un peu, on discute et on se baigne même un petit coup dans la Tsirihibine avec Nata, avant d'improviser un abri de douche avec son paréo. Vaness arrive ensuite après 4h de marche, claquée avec des ampoules et ses articulations un peu douloureuses, mais fière d'y être parvenu. Elle a quand même une humeur de merde à ce moment là ;-)

Futur trailer? 19225608_429806977390140_3558857791306832988_n

19145770_429806667390171_8888661624046911486_n 19145871_429806564056848_6103776487563457364_n19260231_429806547390183_8776961140351222971_n

IMG_7950 IMG_7924

Les chalands nous attendent Cabine de douche improvisée, quel luxe !

On traine un peu et on remonte ensuite dans les bateaux. Certains boivent l'apéro à la THB, je fais un peu de Compex avant d'aller manger une salade composée chou-carotte-patate-chou-fleur-œuf suivi de poulet avec des spaghettis. On reprend nos quartiers à l'étage, on se repose et on bouquine, on discute. Je masse un peu Nata. On arrive ensuite sur une berge pour poser le bivouac. C'est super joli et on a un beau coucher de soleil. On prépare un peu les affaires et on se pose auprès du feu à écouter les chansons malagazis. Gérard fait un long briefing sur l'étape d'aujourd'hui et sur l'épreuve de demain. Maman et moi, on se dirige doucement vers le bateau pour diner tandis que Nata et Vaness préfère rester auprès du feu à écouter les chansons. On nous sert des patates délicieuses en entrées, du poulet au gingembre extra avec des pâtes et... après bien 30' d'attente, de l'ananas flambée, Merci Rod (le capitaine) ! On est bien repues et claquées, au dodo dans la tente avec Maman vers 21:30.

 Bivouac du deuxième soir...

...sur un fond de soleil couchant

oeuf mimosa et ananas flambé bien mérité (et attendu !)

Garmin : https://connect.garmin.com/modern/activity/1805504336

 

parcourstopo