C'est parti pour la deuxième étape, celle d'hier n'était qu'un échauffement, celle d'aujourd'hui sera largement plus compliquée. Au programme, 21km avec 500m de dénivelé. Sur le papier ça ne fait pas tant peur que ça, mais elle fut vraiment éprouvante. On a quitté Betafo et ses 1400m d'altitude pour venir cotoyer la rivière Tsirihibine et ses affluents, pratiquement au niveau de la mer. Les degrés montent, le départ des marcheurs est prévu à 7h avant d'enchaîner sur celui des coureurs 30' après. Vaness décide donc de se réveiller à 5:30 pour avoir le temps de se préparer. On dégomme le petit déjeuner composé de pain, crêpes sucrées, muffins et salade de fruits et je suis plus ou moins prête pour assister au départ des marcheurs. Quelques étirements et pommades pour ma cheville, je suis parée. On prend une photo de groupe et le départ est donné.

Petit déjeuner copieux 

On quitte l'hôtel et c'est parti pour 500m de bitume en guise d'échauffement avant de bifurquer sur la droite et monter le chemin de croix sur 1km. La montée étire un peu le peloton et je reste avec Nata qui continue de trottiner quand tout le monde marche. On arrive en haut du chemin de croix, (quel est le con qui a mis des pylônes ici?!) et le soleil commence déja à bien taper, je prête ma casquette à Nata (elle a oublié la sienne, ou plutôt la mienne que je lui avais donné, à Mayotte... Nata, tête en l'air...) Et on continue sur la crête pendant 2km avant de retrouver une route bitumée où Gérard nous encourage. On est un petit groupe de 4: Nata, moi, Philippe Le Breton et Denis. On suit la route bétonnée pendant 2km et on atteint le premier ravito à 6km. Petite pause coca et fruits secs avant de repartir sur des petits chemins caillouteux, mieux vaut regarder où on met les pieds.

Chemin de croix

la plaine de Miandrivazo

Nata et Denis sur les chemins de Mada

On croise les marcheurs : Vaness, Jézabel et Eric, qui ont déjà bien avancés, on prend une petite photo et c'est reparti. Nata est devant et mène le rythme, on gambade, c'est désert, on ne croise personne pendant 7km. On se balade dans la savane malgache, paysage très différent des rizières de la veille mais pas moins magnifique, et on a une petit impression d'être seuls au monde: ça change d'hier. Le chemin descend progressivement et on aperçoit la rivière au loin. Je chope un petit coup de chaud, je dois m'arrêter pour faire une petite pause nature, pendant que Nata continue. J'aperçois le second ravito plus bas pendant mon ptit pipi ! Ça descend bien puis prends une bifurcation à droite, indiquée par un malgache, et je rejoins Nata au ravito tenu par Tiavina. On remplit les camelbacks, on boit un petit coca, je mets le tour de cou de Vaness sur la tête pour protéger un peu de l'insolation, et on repart. On rejoint la rivière Mahajilo et on descend sur ses berges. On les longe en passant d'un côté à l'autre pendant quelques centaines de mètres et on repère les balises sur un chemin qui remonte de manière à longer la rive gauche de la rivière.

Je kiffe le moment présent !

Le caractère de la véritable grandeur est la simplicité

La splendide rivière Mahajilo

Au détour de la rivière (je cite Pocahontas)

On traverse un petit cours d'eau croupie jusqu'aux genoux et on continue. Ca vallonne bien, des petits coups de cul par ci par là, suivis par une bonne petite montée. On est rattrapée par Denis et Philippe le Troyen qui s'est trompé de chemin avant le 2ème ravito. On arrive comme ça tout tranquillement à l'entrée de Miandrivazo, où se trouve le 3ème ravito. J'aurais peut-être pas dû m'arrêter, je n'ai pas réussi à repartir ! Les points de côtés étaient à l'affût et sont arrivés en masse dès qu'on est reparti, le ventre est douloureux. Nata commence aussi à fatiguer, on se force à courir sur un petit rythme le long de la grande rue, avec tous les passants, mais j'ai du mal à dire bonjour et à esquisser un sourire. On alterne même marche et course sur la fin, je n'ai plus de jus ! On rejoint la petite partie goudronnée du début et l'hôtel est là, après la dernière petite bosse pour arriver au sein de l'hôtel. Voilà la deuxième étape bouclée, 21km, 550m en 2h50min.

Si jamais les baskets étaient sèches...

tellement beau... 

Merci pour le ravito !

On prend le temps de se poser sous l'ombrelle et de bien se ravitailler: fruits secs, coca et yaourt à boire, ça fait du bien. Les autres arrivent petit à petit, on se rend compte que beaucoup ont raté la bifurcation du 2ème ravito et se sont inventés plus ou moins facilement leur parcours, avec une belle montée en prime. Maman et Vaness en font parti, elles étaient ensemble à ce moment là. Vaness a eu un petit coup de chaud et de fatigue, à sec d'eau, mais elle s'est finalement créé son propre ravito au bistro du coin à siroter une THB, elle a de la resource la sister. On discute et on refait la course, je me fais un peu de Compex pour la récup', ca coûte rien, si ça fait pas de mal, ça fera pas de bien. J'en profite pour montrer l'engin à doc Thierry, qui ne connaissait pas et fais aussi essayer Fifa.
Une fois que tout le monde est arrivé, on se boit une bière ou un cocktail selon les envies et on mange le repas, une délicieuse entrecôte de zébu avec ses petits légumes, une tuerie, pour finir avec une assiette de fruits en dessert.

L'arrivée de Natalou !

Maman et Anne-Marie à l'arrivée 

Apéro en famille On reprend des forces

1,2,3 soeurs et maman !

L'aprèm, on peut récupère un peu, je fais un peu de lessive et on se fait masser par Mahandry, qui est photographe mais fait aussi des massages en extra. Il me masse le dos, les ischios, les pieds, les mains, ça fait du bien. On se baigne un peu dans la piscine ultra chlorée et finalement le soleil se couche déjà. On admire tous l'astre se coucher tout doucement, et on observe la lune qui sera bientôt pleine, monter tranquillement. À Madagascar, tous les noms des villes ont des significations, Nata m'explique ce que Miandrivazo signifie: un jour : "un roi, Adama, est venu ici et a attendu sa promise. Manque de pot, elle ne s'est jamais pointé ! Miandri signifiant 'attendre' et vazi: 'fiancée, épouse'". Après cette jolie et triste histoire, on se regroupe dans la salle à manger pour boire un verre et écouter le débriefing/briefing de Gérard et Stéphane. La suite, enfin le repas, est un peu long à arriver. Je ne sais pas si vous me connaissez bien, mais une Lou qui a faim et qui est fatiguée n'est jamais vraiment de bonne humeur, et à souvent besoin de calme et de solitude. Je m'esquive un petit coup au bord de la piscine et reviens à table pour dévorer un poisson délicieux accompagné d'haricots verts et 2-3 pâtes, pour finir avec une mousse au citron et des bananes au coulis de chocolat !

petit massage relaxant  

Le soleil se couche doucement faisant ressortir de belles couleurs crépusculaires piscine en mode bleu salle à manger ensoleillée

Humm !

Tsara Mandry !

Garmin : https://connect.garmin.com/modern/activity/1805504263

parcours topo