Voilà l'aventure commence ici et maintenant, le réveil sonne à 6:00 et pour me mettre dans l'ambiance, je vais faire quelques étirements au bord du lac, tranquille en méditant un peu, avant d'attaquer le petit déjeuner à la malgache. Santatra et Mialy me font goûter le farilac, un produit de la marque Socolait bizarre auquel on ajoute de l'eau, c'est un peu le nesquick des malgaches citadins, c'est bizarre mais pas dégueu, un peu trop industriel à mon gout, j'en mange un petit peu puis enchaîne avec des beignets trop bon (c'est le top comme petit déjeuner 1h avant la course). Le départ prévu à 8h est repoussé de 30 minutes car il faut faire la photo d'ouverture tous ensemble et surtout faire les dons aux associations d'Antsirabe:  les habits pour enfants, les habits de sports qu'on a ramené et de matériels scolaires qu'ils ont acheté grâce à nous (et moi j'ai oublié l'ordinateur... bonne raison pour revenir en 2019). J'en profite aussi pour donner à Fifa les habits de sport que je ne mets pas: quelques shorts, tee-shirts, brassières et manchons. Il y a beaucoup de monde ce matin, une trentaine de malgaches sponsorisés par la BOA viennent participer à la marche de l'étape, dont une belle famille avec deux petits enfants à croquer ! On fait une haie d'honneur pour le départ des marcheurs à 8h, un dernier pipi et on se regroupe en haut des escaliers devant l'église du pasteur Josefa.

Petit dèj malgache une heure avant le départ le petit Tamby

Betafo s'éveille 

En famille avec les deux petites terreurs

Irintsoa (alias Sousou), une bouille à croquer ! Les enfants de Betafo

L'aventure commence ici !

Gérard reprend ses fameux discours "lundi 05 juin, Trail de l'île Rouge 2017...." pour finalement donner le top départ !

C'est la première étape, on ne connaît pas encore les autres participants, on ne sait pas qui va avoir le même rythme que toi, qui est à craindre ! Et il ne faut pas se cramer dès le premier jour quand tu sais qu'il y a encore 5 étapes ensuite. Surtout avec les courtes nuits et le voyage en avion et bus qu'on a eu. À la malgache, il faut y aller 'mora-mora'. J'ai décidé de courir principalement avec Nata cette année, et aujourd'hui c'est le grand test pour ma cheville, ça fait 15 jours que je n'ai pas couru, j'ai hâte et peur en même temps de savoir si elle va tenir. Les premières foulées s'annoncent plutôt bien, je sens une gêne mais pas de vraie douleur. Le moment de vérité sera une fois la course terminée, voir si à froid elle est douloureuse ou non. Donc je prends cette étape comme un échauffement mais aussi comme potentiellement la seule étape que je pourrai courir. Je décide de profiter de chaque moment, ça fait du bien de pouvoir gambader, c'est agréable. Je suis Nata sur un rythme raisonnable, on double toutes les filles et ça commence à monter gentillement. Je ne reconnais pas le parcours et j'ai l'impression qu'on le fait à l'envers mais finalement non, je reconnais une montée de la dernier fois. La différence, c'est qu'en 2015, les deux premiers kilomètres se déroulaient au sein même des rizières, à gambader sur les petits rebords entre deux cuves où poussait le riz alors que cette année, on emprunte directement la piste. C'est un peu dommage mais vu que c'est pas la même saison, ce n'était peut-être pas possible actuellement. Ca continue de monter, rien qui n'empêche de courir à part quelques petits endroits avec un peu trop de pierres. On ne court pas dans les rizières mais elles sont quand même présentes partout autour de nous, à gauche, à droite et les malgaches qui nous encouragent et se marrent, ça m'avait manqué !

les rizières légendaires Mada...

On dépasse Dany et Claudine qui marchent, puis on rattrape aussi Vaness' qui a déjà bien avancé. On fait la photo avec les rizières en font de décors (que je n'ai pas mis, censure oblige, on a des têtes vraiment horribles!) et on repart. Encore une autre pause photo avec Nata et Lionel près d'une rizière avec une petite cascade, juste magnifique. Vaness nous rattrape et cours même 100m avec nous, (un miracle), pour rattraper la malgache qui marche avec elle. On continue, le parcours devient plat et on traverse un village. On reçoit pleins d'encouragements, des "je t'aime" ou "ma chérie" et après ils se marrent ! On continue sur la piste caillouteuse pour rejoindre le ravito au 8ème kilomètre. Mialy nous attend, on picore 2-3 fruits secs, Nata prend son coca et c'est reparti en descente sur la piste.

Les enfants de Betafo, tous tellement beaux Ravito avec Mialy, tout sourire !

On rattrape Gérard qui nous dis de continuer tout droit la piste jusqu'au lac mais on voit ensuite Lionel décide de prendre quand même à droite en suivant le balisage, à travers les rizières. Le temps d'hésiter entre prendre le chemin ou continuer la piste, deux filles qui nous rattrapent, Sévérine et Chantal, qui nous poussent aussi à y aller. C'est moins bien balisé, on hésite un peu sur certains chemins mais en demandant aux villageois et en se fiant à notre instant, on arrive à trouver la bonne route (même si à un embranchement, deux gosses s'amusent à nous indiquer la mauvaise direction, petites crapules !). Vu que les filles nous ont rattrapés, je décide de mettre un coup de turbo, c'est peut-être la seule étape que je fais alors je veux bien arriver derrière Fifa la malgache mais pas derrière les françaises ! Je lâche le wagon et appuie sur l'accélérateur, modéramment quand même et rejoins la route principale menant à Betafo. Vu que c'est jour de Pentecôte (les malgaches du coin étant très chrétiens), il y a énormément de monde sur la route, il faut zigzaguer pour les éviter, mais c'est marrant, ils me regardent bizarre, ils m'encouragent. Une dernière petite montée et on redescend sur le lac. Un policier nous indique le chemin, il faut finir par le tour du lac (il semblait pas si long hier ce lac) pour finir par une dernière petite montée jusqu'à l'église de Josefa et descendre les escaliers pour rejoindre le QG du trail de l'île rouge à Betafo ! 17km en 1h45' avec une cheville qui a l'air de tenir la route, ça promet une belle aventure.

Encore et toujours les rizières 

avec ses paysans de toutes les couleurs

Au final, quand j'ai largué le groupe, Nata voulait me rattraper et a mis aussi le turbo, elle arrive donc seulement 3-4 min après moi. Bravo Nata, tu t'améliores de jour en jour ! Entre ceux qui ont pris par les rizières et ceux qui sont allés tout droit jusqu'au lac après que Gérard ait caché la bifurcation, les autres arrivent dans des ordres un peu bizarres, Maman arrive avant Fifa alors qu'elle ne l'a pas doublé. Fifa arrive mais s'est chopée deux méga ampoules (les mêmes que j'ai eu au Dahu Trail), elle a souffert !

Zébu à la courgette, un régal Le lémur d'argent revient à Tina la cuisinière ! 

Classement du jour

Au final, tout le monde arrive dans la bonne humeur, accueillis par les enfants de Betafo toujours aussi joyeux. On se ravitaille un peu, on prend une douche à l'africaine rapidement, Gérard fait un petit briefing de la course et on mange le délicieux zébu à la courgette de Tina la cuisinière (qui recueille le lémur d'argent pour aujourd'hui). À 13h il faut décoller car on a environ 200km pour rejoindre Miandrivazo. C'est reparti pour 5h de bus, on en profite pour discuter. Stéphane nous montre le lieu de l'accident de Freddy, un des chauffeurs prévu pour la course qui s'est fait renversé. Et il continue à nous narrer Madagascar. Il paraît que la mortalité infantile est de 50%. Ils ont une approche à la mort différente de la notre. Je discute avec Séverine et Philippe, les troyens, ils me disent qu'ils ont fait un run-paddle un coup, faudrait que j'en parle à Mountain Services, ça pourrait être sympa de faire ça à Thonon. Ils ont aussi participer au trail de Vesoul (Je savais même pas qu'il y avait un trail à Vesoul, RDV pris en octobre pour peut-être mon premier 50km sur mes terres natales !) Les paysages sont beaux, les gens sont tout endimanchés vu que c'est la Pentecôte, on essaie de les prendre en photo avec leur robes blanches mais depuis bus c'est compliqué. On assiste aussi à un joli coucher de soleil.

 Jour de Pentecôte, on sort les robes blanches

Le soleil se couche sur les dunes Expédition TIR 2017 !

On arrive finalement à Miandrivazo autour des 19h, à l'hôtel Princesse Tsirihibina. On prend place dans le bungalow familiale, une petite douche qui fait du bien et on va boire l'apéro, j'accompagne Vaness sur une bonne THB (three horses beer, LA bière malgache) accompagnée de cacahuètes locales. On s'installe à table, Gérard et Stéphane nous font le briefing pour la course de demain et on attaque le poulet coco/riz et le flan au caramel. Je suis bien claquée, je ne m'attarde pas et vais me coucher, mais parfois, la cohabitation est difficile, j'essaie de dormir mais Maman et Vaness font bordel en rentrant !

 

Tsara Mandry ! (bonne nuit)

La Three horses beer, LA bière à Mada !

poulet coco flan au caramel

Garmin: https://connect.garmin.com/modern/activity/1805504162

 

topographie parcours