Bivouac au réveil

Nuit un peu perturbée encore, il faisait vraiment froid et humide dans la tente. On se réveille vers 5h15 et le temps de ranger les affaires et de se préparer, il est déja 6h15. Il fait encore assez frais mais le soleil est en train de se lever. Ce matin, je suis un peu patraque, encore un peu perturbée, j'ai mal au ventre. On déjeune rapidement (bien loin des 3h avant courir !) du pain avec du miel, du thé à l'eau bouillie. Et on prend le départ un peu tôt à mon goût, mais c'est LA grosse étape du trail: l'aller retour jusqu'au pic Imarivolanitra, ou pic Boby (du nom du premier arrivé en haut lors de sa première ascension, c'est le chien Boby qui est arrivé le premier), en 10km avec 600mD+/D-, puis 20km de descente jusqu'à Tsarasoa. 

Petit dej 30' avant le départ Et c'est parti pour 30km

On part tous ensemble même si les premiers mecs prennent pas mal d'avance et nous devancent, il n'y a pas de gros écart entre les autres participants au début. Moi je suis Nata, je suis vraiment pas en forme ce matin, les jambes assez lourdes alors je la suis sans réfléchir. On fait des pauses, et on admire la vue sur le plateau, c'est vraiment magnifique. On essaye de pas trop trainer car Sandra nous suit ! Et si Nata veut garder sa deuxième place, il faut qu'on reste devant !

Ascension au Boby on admire la vue (et on se repose)

On arrive au pic boby en 1h15, on prend quelques photos, et on admire la vue, une belle mer de nuage avec les montagnes c'est super joli ! On prend la pose et on resdescend pour ne pas laisser Sandra prendre trop d'avance ! Mais juste en partant, maman arrive. On aurait quand même du se faire une photo souvenir toutes les trois, mais on ne l'a pas fait et on attaque la descente pour retrouver le bivouac au bout de 9km et 2h de course !

Du Boby photo souvenir en haut !

maman qui arrive tranquillement

Il y a un ravitaillement au bivouac donc on mange un peu, on remplit le camelback pour la suite et on repart sur le même chemin que l'on a pris la veille pendant un ou deux kilomètres et ensuite sur une plaine plate pendant 5km, du 9ème au 15ème. Là encore, c'est Nata qui me tire, je peine, je suis lourde, j'arrive pas à avancer, on marche un peu même si c'est plat, on souffre un peu. Malgré ça, le paysage est vraiment beau, une grande plaine, on se sent seul au monde et c'est super agréable. Puis après une belle montée en plein soleil, on arrive sur un terrain qui change un peu, fini la broussaille, c'est de la pierre genre un peu volcanique et c'est plus sympa pour courir, moins monotone, plus ludique. La forme revient alors je passe devant et c'est à mon tour de tirer Nata.

Paysage de Mada En revoir le parc national

A partir du 17ème kilomètre, on attaque la grosse descente qui nous fait perdre 1000m de dénivelé en 6km, descente un peu technique par endroit, des pierres entassées qui forment des grosses marches. On double les porteurs qui vont pratiquement aussi vite que nous avec les bagages sur les épaules (encore merci à eux). Et là, le paysage change encore, il y a des beaux palmiers, on aura eu un bel éventail de paysages pendant cette étape, c'était vraiment la récompense d'une dure épreuve ! On croise Gérard, on croise aussi un groupe de malgache qui chantent en portant un cercueil, rite funéraire, où le lieu où on enterre la personne est très important. Puis on arrive au ravito du 20ème kilomètre. Le petit verre de coca fait du bien !

Maman... Jolis escaliers !

Merci aux porteurs jolis palmiers

 

Entre soeurs, on s'entraide !

Le terrain redevient un peu plat, avec même une petite montée, et ça fait du bien, ça soulage les cuisses. Puis une descente à nouveau un peu plus roulante que la première partie mais quand même un peu technique. Je suis toujours avec Nata mais je vais peut-être un peu trop vite pour elle, ou alors elle n'a pas assez d'entrainement en descente, toujours est-il qu'elle commence à avoir sacrément mal au genou. Alors on marche toutes les deux pendant un petit moment. Et au bout d'un moment, elle me dit vas-y, par devant.

Paysage de Mada Paysage de Mada

Descente dans la vallée

J'abandonne encore une fois ma soeur, en espérant qu'elle arrive à venir à bout de cette descente. Dans la fin de la descente, mon mal de ventre commence à venir, je le sens et ça m'énerve ! Je commence à vraiment fatiguer, et le terrain redevient une piste plate à partir du 26ème kilomètre. On passe dans des petits villages, on croise des enfants qui vendent des bracelets fabriqués avec des graines. Et il fait chaud, vraiment chaud, il faut dire qu'il va bientot être midi en plus ! Je peine, je marche dans la montée, mon ventre me fait mal et donc j'ai vraiment du mal à courir. Je regarde ma montre et me dis "allez, cours 200m et marche 100m" et c'est comme ça que je finirai. On passe encore dans un village et là, doc Thierry a improvisé un 3ème ravito, avec de l'eau, ca fait du bien, il m'en met sur la tête, j'en bois un bon verre et repars pour les 2-3 derniers kilomètres. "Après la voiture à gauche", me dis quelqu'un, une dernière montée et l'arrivée est là, à l'écolodge de Tsarasoa, (genre de joli petit camping avec des petits bungalows). 30.90km en 5h36, mais surtout avec 1200D+ et 2400D-, la descente, ça casse vraiment. Grosse pensée pour Nata, qui arrive seulement 8min après moi. Elle a pu recourir à bonne allure une fois la descente finie. Sandra arrive deux minutes après Nata. Chez les garçons, Gaston reprend la tête en 3h34 et c'est un podium malgache avec Dulip en 3h41 et Noelson en 3h59. Maman arrive pil poil une heure après moi.

Nata

J'en ai vraiment chié sur cette épreuve ! Je me pose au frais dans la pièce principale et je bois un bon coca bien frais dans les transats. On se prend une bonne douche, on a des toilettes ouvertes avec vue sur la plaine, trop sympa ! On glandouille un peu, on se masse et vers 16h30 on prend la voiture pour rejoindre en 10min Camp Catta (un autre genre de camping avec des petits chalets en bois, et une magnifique piscine naturelle). Il n'y avait pas assez de places pour tout le monde à l'écolodge donc on a séparé le groupe en deux, la moitié à l'écolodge et l'autre à Camp Catta. C'est sympa, et ça tombe bien car on va rester ici pendant 3 nuits. Ils nous offrent même un petit cocktail de bienvenue. On retourne à Tsarasoa pour manger le diner, de bonnes pates à la bolognaise avec une salade de tomates et salade verte et de l'ananas flambé en dessert.

On retourne se coucher à Camp Catta vers 21h30-22h.

 

Une douche s'impose Sympa les toilettes

 

Lien Garmin : TIR - 5ème étape 

parcours topo